Atrocités bulgares en Macédoine, 1913

Οι Βουλγαρικές θηριωδίες στη Μακεδονία στο βιβλίο Atrocités bulgares en Macédoine, 1913

Αναφορές (μετάφραση με google):
Κατά την πρώτη εισβολή του Demir-Hissar τον Οκτώβριο
οι Βούλγαροι σφαγιάζουν όλους τους άνδρες του χωριού
Petrovo, και μετά από βιασμούς γυναικών και κοριτσιών,
κλειδωμένο στο τζαμί, το έβαλε φωτιά και μπροστά του
Ο Pyre έπαιξε τις γκάιντες. Στο Πετρίτσι, μπροστά από το
των Μουσουλμάνων, έκαναν χορούς και γυναίκες
τα βασανιστήρια.
-----------------
Στην Καβάλαa, τον αρχιεπίσκοπο και είκοσι οκτώ έλληνες αξιωματούχους
επίσης απαγούνται από τους Βούλγαρους, στα όρια του
δώστε την πόλη. Στο Pravi, ο επίσκοπος και αρκετοί αξιοσημείωτοι
την ίδια μοίρα. Στο Δεμίρ Ισαρ ο επίσκοπος και τρεις ιερείς
με πολλούς αξιωματούχους και οι γυναίκες βασανίζονται και τίθενται σε θάνατο.
----------------
"Οι βουλγαρικές αρχές έχουν προετοιμάσει τα πάντα, όλα κατευθύνονται. ένας
βλέπει έναν κυβερνήτη του Βουλγαρικού Γενικού Επιτελείου Άγγελο Δημήτρη
Ο Botsanoff προεδρεύει για τις σφαγές του Demir-Hissar. αλλού
είναι αξιωματικοί του 2ου και 21ου συντάγματος. Αρνούμαστε να
να πιστεύουν ότι ένας πολιτισμένος λαός μπορεί να διαπράξει τέτοια
τεράστιες συγκρούσεις και ανατριχιάζουμε καθώς σκεφτόμαστε τι θα συμβεί
στους μουσουλμάνους και τους ελληνικούς πληθυσμούς που θα μπορούσαν
παραμένουν υπό βουλγαρική κυριαρχία "
----------------
Αυτός ο αριθμός είναι επίσης αυτός που ολοκληρώθηκε μετά από ένα
τον κ. L. Magrini (Βλέπε Secolo της 18ης Ιουλίου). Και αυτά τα συμπεράσματα είναι
επίσης επιβεβαίωσε ο καπετάνιος Trappman, ο οποίος και μετά από έρευνα
επί τόπου είναι ο αριθμός των αγροτών που σφαγιάστηκαν στις περιφέρειες του
Demir-Hissar. και Serres σε 50.000 (δείτε το Daily Tclegraph της 21ης Ιουλίου).
----------------
Ως πρώτο επείγον μέτρο, η ελβετική κυβέρνηση
το αίτημα να παραμείνουν όλοι οι γενικοί πρόξενοι
Η Θεσσαλονίκη λαμβάνει από τις κυβερνήσεις τους την εντολή να
αμέσως πηγαίνετε στη σκηνή για να εξετάσετε
εάν κάποιο βουλγάρικο έχει κακοποιηθεί από τον ελληνικό στρατό
στις επαρχίες Kilkitch, Doiran, Strumnitza, Demir-Hissar.,Serres , το Μελένικο και το Νευροκοπι έχουν περάσει τα ελληνικά τμήματα.
----------------
Οι γενικοί πρόξενοι θα δουν όλα αυτά. Θα έχουν
μετά την επίσκεψη στις επαρχίες Yevgheli, Doiran,
Νιγρίτα, Σέρρες, Ντεμίρ-Χισσάρ, Ζήχνα και Δράμα,
για να βρούμε τις κατηγορίες που κάναμε
εναντίον του βουλγαρικού στρατού ήταν κάτω από την αλήθεια.
----------------
Στο Demir-Hissar, 140 άτομα σφαγιάστηκαν

Είκοσι Έλληνες από τις Σέρρες σφαγιάστηκαν από τους Βούλγαρους
σταθμούς στην ιδιοκτησία του Pierre Pantza μετά την παρέλευση
προηγουμένως απογυμνωθεί.
----------------
Οι λεπτομέρειες της σφαγής του Μητροπολιτη Μελενικού
και του Demir-Hissar και οι επίσημων του Demir-Hissar
είναι τραγικες.
----------------
Εκείνοι του Demir-Hissar βγαίνουν
έτσι στη μάζα. Οι στρατιώτες καταλαμβάνουν τον Μητροπολίτη, τον
τους ιερείς, τους πρεσβυτέρους, 110 άνδρες, και να τους οδηγήσει
στο βουλγαρικό σχολείο. Στην αυλή, μια τεράστια τρύπα, φρέσκα
έσκαψαν. Τους κάνουμε να καθίσουν. Οι φτωχοί άνθρωποι
Πάρτε αυτή τη μεγάλη τρύπα θα είναι ο τάφος τους. Είναι εκεί που
κοιτάξτε το και χαμογελούν σαν μάρτυρες. Πηγαίνουν
γυρίσματα για να ξεκινήσει η υψηλή ζωή, εκείνη που ο χρόνος δεν τελειώνει
αρ. Θα δουν από ψηλά τον νικηφόρο Ελληνικό στρατό
να πάρουν στην κατοχή τους τη γη που υπερασπίστηκαν κατά τη διάρκεια
την κοντινή τους γήινη ζωή, την οποία έχουν διατηρήσει ελληνικά. Και αυτό
θα είναι το έργο τους.
Το βουλγαρικό μπαγιονέτο σκουραίνει και καταβυθίζεται, σε μια οργή
του πετεινού θηρίου. Μια απεργία μπαγιονέτ αφαιρεί την γενειάδα από το
τροπόλιθου, με το πηγούνι. Ένα άλλο κάνει τα μάτια πετούν. ένα
άλλος σταματά τη ζωή της καρδιάς. Δάχτυλα, χέρια, πόδια
είναι σκισμένα, ρίχνονται pell-mell. Είναι μπριζόλα, η μπαγιονέτ bul-
σταθμό! Και αυτό το ανθρώπινο hash, αυτές οι μάζες που δεν έχουν πια
μορφή, οι Βούλγαροι τα βλέπουν. Σιωπούν, γίνονται καλύτερα
αισθάνεται. . . Δεδομένου ότι είναι γενναίοι, οι στρατιώτες του βασιλιά Ferdinand,
οι «Ιάπωνες της Ευρώπης», οι «Βαλκανικοί Πρώσοι» ...

Αλλά εδώ είναι ο ελληνικός στρατός! . . . Τα πτώματα παραμένουν
οι δολοφόνοι τρέχουν μακριά. Και ο τραυματίας αφηγείται: "Μετά την πρώτη
τραύμα, έκανα τους νεκρούς. Όταν έφυγαν, πήγα
έθεσε: Οι Έλληνες στρατιώτες ήταν εκεί ».

Μια μικρή πόλη δεν μπορεί να πάρει εύκολα από ένα τέτοιο
καταστροφή. Ως απόδειξη της ζωγραφικής που δίνει ο Ντεμίρ-Χισάρ
Georges Bourdon, ο οποίος πέρασε τρεις ολόκληρες εβδομάδες εκεί
μετά το σφαγείο της 7ης Ιουλίου (δείτε το Figaro της 4ης Αυγούστου):

Εδώ είναι το κείμενο της αποστολής του κ. Bourdon:
Θεσσαλονίκη, 2 Αυγούστου
"Επιστρέφοντας από την έδρα του Livanovo, Olympus
ενός κράτους - μεγαλύτερο ή απορροφημένο, έκανα μια επίσκεψη στην πόλη του
ο θάνατος? είναι Demir-Hissar εννοώ.

Το Χισάρ είναι, στα βορειοδυτικά της Serres, α
μανδύα τουρκική μικρή πόλη, που κρύβεται στο πράσινο στο κάτω μέρος του
βραχώδες βουνό που το κάνει να μοιάζει με ένα πεσμένο άλσος
στους πρόποδες ενός τοίχου. κυριαρχούσε στην κορυφή του γκρίζου τοίχου από
ένα παλιό αποσυναρμολογημένο φρούριο, που διασχίστηκε από ένα ποτάμι που,
αυτή τη φορά δείχνει μόνο ένα ξηρό κρεβάτι με λευκά βότσαλα
και που έχει μια γέφυρα στο πίσω μέρος ενός γαϊδουριού? ένα ωραίο καφέ που χτίστηκε
σε ξυλοπόδαρα και ανοιχτά στους τέσσερις ανέμους. σιντριβάνια
θείες? μπροστά στα τζαμιά της, παλιά δέντρα όπως ο Μάο
θέσεις? στη μέση των δρόμων, απότομα λιθόστρωτα και μικρά
καταστήματα, σε πλατφόρμα τραμ, όπου
που προηγουμένως συγκρατήθηκε από μακριά
μεταξύ των δακτύλων τους τις λαμπερές μπάλες των ροζάρων τους
κεχριμπάρι. Τούρκοι που κάθονται στα τακούνια τους, πίσω από τα καλάθια τους
των καρπών, περιμένετε αδιανόητα τους πελάτες. αναζητούμε,
κάτω από τον τυρκουάζ ουρανό, τη μπλε γραμμή του Βοσπόρου ή του
μικρό κύμα της θάλασσας του Μαρμαρά. Νομίζω τον εαυτό μου πίσω στο
Μπους και νομίζω ότι βρίσκω μια μικρή χάρη χαλαρή
και μυστηριώδη από τις ψηλές περιοχές του Scutari. Αλλά σε αυτό
εκθαμβωτικό απόγευμα, υπάρχει μόνο η σιωπή στην πόλη και
πένθος και φαίνεται να είναι μια ακίνητη χήρα που, έχοντας
ακόμα περισσότερο η δύναμη να φωνάξει, έχει επιστρέψει στον εαυτό της.

»Οι σπάνιοι κάτοικοι συναντήθηκαν στο δρόμο μας, Τούρκοι
οι περισσότεροι, σηκώνονται σε μια βιασύνη και το χέρι στο fez ή στο
δέρμα, χαιρετήστε με εκτίμηση, όπως βλέπουν
Οι Έλληνες αξιωματικοί με χρυσά αχρίδια, οι οποίοι είναι οι βοηθοί
του στρατοπέδου του βασιλιά ή των πρίγκιπες και που με καθοδηγούν
την πόλη. Αλλά είναι σπάνιες! Αυτοί οι δρόμοι φαίνεται να εκκενώνονται
το ανθρώπινο υλικό που τους έδωσε ζωή. μικρά καταστήματα
εγκαταλελειμμένα, καθαρά και καθαρά τσιμπούρια, τα ερημωμένα οδοστρώματα,
μεγάλα σπίτια χωρίς ζωντανό ον και τεράστιες αυλές έχουν
ακόμη περισσότερο μια κότα. Τι κατακλυσμό τόσο ξαφνικά
αντλούσε τους κατοίκους αυτού του γοητευτικού χωριού; Αυτό δεν είναι ούτε το
τέφρα, ούτε η λάβα ούτε ο σεισμός, επειδή το

38

οι ήχοι είναι άθικτοι. Οι Βούλγαροι ήταν εκεί. Ξίφη,
τα ξιφολόγχη και τα μαχαίρια έδωσαν εξαντλημένα,
και αυτή τη φορά ο Ντεμίρ-Χισσάρ ήξερε την αλήθεια του
παλιό τούρκικο όνομα: το σιδερένιο φρούριο. Τούρκοι και Έλληνες, καλά
άνιση σε αριθμό, δοκιμάστηκαν επίσης, αλλά
Οι Έλληνες διήρκεσαν, ωστόσο, σε συμπονετικούς Τούρκους
και το ομολογούν με ευγνωμοσύνη.

Σε διαφορετικά μέρη, στη γη όπου θάφτηκαν
πτώματα, ευσεβείς χέρια έφεραν μια πέτρα, α
τούβλο, δύο κομμάτια ξύλινου σταυρού, και μερικές φορές κεριά
καίνε εκεί. Δεν υπάρχει τίποτα συγκινητικό όπως αυτά τα ταπεινά σημάδια
πόνο και πένθος δεν φέρουν ονόματα,
είναι ανώνυμα. Είναι σαν μια ανθρώπινη καταγγελία
απαλά και διακριτικά εκπνέει, αλλά αναστατώνει

καρδιές και γεμίζει τον ουρανό.
----------------

Όλο το βιβλίο στα γαλλικά
ATROCITÉS BULGARES

EN MACÉDOINE
(FAITS ET DOCUMENTS)

Exposé soumis par le recteur des Universités d'Athènes
aux recteurs des Universités d'Europe et d'Amérique.

I , SEP 1 8 1913
ATHENES

IMPRIMERIE " H E S T I A „
C. MEISSNER & N. KARGADOURIS

1913



ATROCITÉS BULGARES

EN MACÉDOINE
(FAITS ET DOCUMENTS)

Exposé soumis par le recteur des Universités d'Athènes
aux recteurs des Universités d'Europe et d'Amérique.



ATHÈNES

IMPRIMERIE " H E S T I A „
C. MEISSNER a N. KARGADOURIS

1913



)



I



Monsieur et cher confrère,

J'avais il y a trois semaines conformément à une déci-
sion des deux Universités d'Athènes appelé télégraphi-
quement votre attention sur les atrocités commises par les
Bulgares en Macédoine, .et vous annonçai que j'aurai
l'honneur de vous envoyer un rapport sur ces événements.

Si l'exposé des Universités athéniennes ne vous a pas
été envoyé plus tôt, c'est que la liste des forfaits qu'il
devait relater était rendue chaque jour plus longue par des
crimes dépassant en horreur ceux précédemment commis.

La liste des atrocités n'est pas hélas close. Celles qui
seront énumérées plus bas suffiront cependant à éclairer
votre réligion sur la situation et les responsabilités.

Les grandes puissances ont été émues par tant d'hor-
reurs. Elles ont chargé leurs consuls ou même des com-
missions spéciales de faire des enquêtes sur place. Malheu-
reusement les résultats de ces enquêtes diplomatiques, qui
ne sont pas d'ailleurs toutes terminées, n'ont pas encore été
tous publiés. Nous les produisons toutes les fois qu'elles
l'ont été. A leur défaut nous nous sommes basés sur les
rapports officiels de S. M. le Roi des Hellènes et de Son
État-Major, sur les témoignages de personnalités diplo-
matiques et ecclésiastiques étrangères, ainsi que sur ceux
des correspondants spéciaux des grands journaux étran-
gers qui se sont trouvés sur les lieux.



Ces correspondants n'ont pas été malheureusement au
début de_la guerre aussi nombreux qu'on l'aurait désiré.
Nous avons cependant préféré répéter les témoignages
des mêmes personnes que de citer les correspondants ordi-
naires qui vivant en Grèce pouvaient être suspectés de
sympathies helléniques. Pourtant plusieurs d'entre eux
avaient des renseignements de première main et leurs cor-
respondances aurait mérité d'être reproduites.

Désireux de nous borner à un rapport purement objec-
tif nous avons écarté toute opinion personnelle pour nous
confiner à des documents, et il vous sera facile de consta-
ter que les documents ci -après, choisis après l'examen le
plus rigoureux, émanent d'autorités dont il n'est pas per-
mis de mettre la parole en doute, et autant que possible
d'autorités étrangères.

II

On n'a pas oublié le retentissement qu'a eu dans les
milieux officiels, ainsi que parmi le grand public la dé-
pêche envoyée le 1 2 Juillet par le roi Constantin à son
gouvernement

Après avoir exposé les atrocités qui venaient d'être
commises par l'armée bulgare en déroute le roi Constantin
se voyait contraint d'ajouter :

«Protestez de ma part auprès des représentants des Puis-
sances et auprès du monde civilisé tout entier, contre ces
monstruosités, et déclarez que je me verrai à mon profond
regret dans la nécessité de procéder à des représailles, afin
d'inspirer à leurs auteurs une crainte salutaire, et leur don-
ner à réfléchir avant d'accomplir de pareilles atrocités.

»Les Bulgares ont surpassé toutes les horreurs commises
par les hordes barbares des temps passés, attestant ainsi qu'il
n'ont plus le droit d'être classés au nombre des peuples
civilisés». Constantin, roi



Quelques jours après la direction du journal «New-
York Times» ayant sollicité de S. M. son opinion sur les
atrocités commises, le roi a fait répondre au susdit jour-
nal ce qui suit :

«Sans revenir sur les motifs qui ont amené la Grèce, la
Serbie et le Monténégro à repousser par les armes les attaques
inopinées, mais préparées de longue main, des Bulgares contre
leurs alliés d'hier, et qui ont dicté aux gouvernements alliés
leur attitude actuelle, les atrocités commises chaque jour par
les armées bulgares et les méfaits, longtemps cachés, commis
par les Bulgares sur les populations turques et grecques, dès
les premiers jours de la guerre balkanique, impose aux alliés
une attitude énergique et l'obligation d'exiger et d'obtenir
pour l'avenir toutes les garanties nécessaires. Au fur et à
mesure, en effet, que l'armée hellénique avance, des méfaits
d'une cruauté inimaginable sont découverts. Les autorités
bulgares, par des mesures violentes, avaient étouffé longtemps
la voix de milliers d'innocents qui subirent des horreurs telles
que l'histoire humaine n'en a jamais enregistré. Pas un vil-
lage occupé par les Bulgares, qui n'ait eu ses hommes, femmes
et enfants massacrés, ses filles violées, ses maisons pillées et
incendiées. A la première invasion de Démir-Hissar en Oc-
tobre, les Bulgares massacrèrent tous les hommes du village
de Petrovo, et après avoir violé femmes et jeunes filles, les
enfermèrent dans la mosquée, y mirent le feu et en face de ce
bûcher jouèrent de la cornemuse. A Petritsi, devant les ca-
davres des Musulmans, ils firent danser les femmes et les filles
des suppliciés. A Doïran, plusieurs mille Musulmans égorgés,
tous les biens pillés. A Nevrocop également. A Méléniko,
Cavalla, Drama, Serrés, Dédé-Agatch, Stroumnitza etc., partout
où le Bulgare a passé, on ne voit que du sang, du déshonneur
et des ruines.

«Aux tortures endurées hier par les Musulmans viennent
maintenant s'ajouter celles des chrétiens. Avant même que la
nouvelle guerre eut commencé, les Bulgares opprimaient
toute la population hellène des contrées occupées par eux, et,
lors de leur subite attaque au Pangée, ils ne manquèrent



6



pas d'assouvir sur des villageois grecs inoffensifs leur soif de
sang. Après leurs premières défaites, les Bulgares se livrent
sur la population grecque de Nigrita à des actes innomables.
Des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants, sont, d'ordre
des officiers, horriblement mutilés, les maisons incendiées, les
biens pillés. A Doïran, l'évêque grec et trente notables sont
enlevés. A Cavalla, l'archevêque et vingt-huit notables grecs
sont également enlevés par les Bulgares, sur le point d'aban-
donner la ville. A Pravi, l'évêque et plusieurs notables su-
bissent le même sort. A Démir-Hissar, l'évêque et trois prêtres
avec plusieurs notables et des femmes sont torturés et mis à
mort.

«Serrés, ville florissante et riche, a été complètement dé-
truite par le feu. Les vices-consuls d'Autriche et d'Italie, en
tenuë officielle, essayent en vain de protéger leurs consulats
respectifs. Les Bulgares ne respectent même pas la personne
des consuls, les emportent sur la montague et ne les relâchent
qu'après versement d'une forte rançon.

«Les drapeaux nationaux étrangers, hissés sur les établis-
sements européens et américains, ne font sur eux aucun effet;
au contraire, ils concentrent leur feu sur les maisons étran-
gères qu'ils savent abriter de nombreux réfugiés. Ils canon-
nent la ville sans défense. Les habitants abandonnent tous
leurs biens et plusieurs d'eux leurs parents infirmes, pour
fuir la mitraille qui les poursuit sans pitié. Les grands dépôts
de la compagnie American Tabaco Cy Ltd sont incendiés, cau-
sant à cette Société une perte de plus d'un million de dollars.
Les directeurs MM. Harrington et Moore se sauvent à Salo-
nique. Pendant que l'incendie, les bombes et les obus ravagent
la ville, ruinent des milliers de familles, font des centaines de
victimes, les Bulgares poussent des «Hourrah!» devant le bra-
sier et pillent tout ce qu'ils peuvent emporter. Banques, établis-
sements de commerce, magasins et maisons, tout est mis à sac.
Ni les nombreuses églises, ni les mosquées, ni les synagogues,
ni les écoles, ni les hôpitaux ne sont épargnés. Avant la des-
truction de la ville, les notables grecs ont été froidement
massacrés; pendant l'incendie les tueries continuent avec plus
de sauvagerie.



«A la campagne, le spectacle est plus navrant, plus écœu-
rant encore. Partout des cadavres mutilés de paysans pai-
sibles, partout des cendres et des ruines. A la place des
villages riants, une désolation poignante. Les viols, les mas-
sacres commis par les Bulgares ne se comptent plus et ils
sont faits avec un raffinement de cruauté que l'imagination
se refuse à concevoir. Des filles violées devant leurs parents,
des femmes devant leurs maris. Des hommes, des vieillards
mutilés avant d'être achevés. Des membres cassés, des yeux
crevés, des têtes arrachées. On éventre, on écorche, on coupe
les nez et les oreilles. Au premier abord il a semblé que ces
crimes étaient commis par des comitadjis, mais les enquêtes
ouvertes ont indéniablement démontré que tout fut perpétré
par les soldats réguliers sur l'ordre de leurs chefs.

«Les autorités bulgares ont tout préparé, tout dirigé. On
voit un capitaine de l'Etat major bulgare Anguel Dimitri
Botsanoff présider aux massacres de Démir- Hissar. Ailleurs
ce sont des officiers du 2 me et 21 me régiment. On se refuse à
croire qu'un peuple civilisé puisse commettre de pareilles
monstruosités et on frémit en pensant à ce qui pourra adve-
nir aux populations musulmanes et grecques qui pourraient
rester sous la domination bulgare».

III

Désireux de nous borner à ces quatre dernières se-
maines nous ne nous appesantirons pas sur tout ce que
les populations grecques, turques et Israélites ont eu à
souffrir depuis huit mois.

Il suffira de citer pour les massacres en général quel-
ques lignes de M. René Puaux, qui a fait la campagne de
Thrace avec les Bulgares et pour les semaines qui ont im-
médiatement précédé la guerre, la protestation de tous les
journalistes étrangers de Salonique.

Voici ce qu'écrit dans le «Temps» du 15 Juillet Fau-
teur De Sofia à Chataldja :



8



«L'année bulgare d'elle-même s'est mise en dehors des
lois de la guerre, car partout elle a massacré la population
civile. D'un rapport que j'ai eu entre les mains il résulterait
qu'elle a fait en Macédoine et en Thrace de 220,000 à 250,000
victimes: 1 c'est presque incroyable, et je ne donne ces chiffres
que parce qu'ils m'ont été concurremment fournis par une
autre personnalité étrangère digne de foi, revenue la semaine
dernière de Constantinople. De l'aveu d'nn officier bulgare
dont je n'ai pas le droit de citer le nom, l'ordre de tuer les
femmes et enfants était formel, afin de supprimer définitive-
ment toutes possibilités de réclamations ultérieures de pro-
priétés dans les territoires conquis par les Bulgares».

Voici maintenant le texte de la protestation collective
des correspondants étrangers. Elle est adressée an Prési-
dent de la Ligue des droits de F homme:

«Au moment où le conflit entre les puissances balkaniques
est parvenu à la phase aigùe que nous lui voyons aujourd'hui,
et où une guerre semble presque inévitable, il nous parait
bon que l'opinion européenne soit exactement renseignée sur
la conduite des différents alliés et que les responsabilités
soient bien établies et que toute la vérité soit dite sur cer-
tains agissements, particulièrement odieux. La Ligue des droits
de l'homme ne saurait, en ce qui la concerne, rester indiffé-
rente aux excès de toute sorte qui ont été commis par les
Bulgares dans les régions occupées par eux. Au début, la
presse européenne a presque systématiquement gardé le
silence sur ces atrocités, mais, chaque jour, des rapports nous
parviennent des populations grecques et musulmanes, qui
contiennent les détails les plus horribles sur le traitement qui
leur est infligé. Des milliers de réfugiés arrivés ici ne font

1 Ce chiffre est aussi celui auquel a conclu après une enquête de plusieurs
mois Mr L. Magrini (Voyez le Secolo du 18 Juillet). Et ces conclusions sont
confirmées aussi par le capitaine Trappman qui également après une enquête
sur place porte le chiffre des paysans massacrés dans les seuls districts de
Démir-Hissar et de Serrés à 50,000 (voyez le Daily Tclegraph du 21 Juillet).

N. B. — Dans tous ces chiffres ne sont pas comprises les victimes des
derniers massacres.



9



que continuer ces récits. N'esthnez-vous pas, M. le Président,
qu'il y aurait un intérêt de justice et d'humanité à ce qu'une
enquête impartiale soit menée sur tous ces faits et à ce que
l'entière vérité soit dite sur des actes qui, au XX e siècle, cons-
tituent une véritable honte? Nous espérons, M. le Président,
que vous voudrez bien user de votre haute autorité, et de la
grande influence de la Ligue pour éveiller l'attention de
l'Europe et contribuer à créer un mouvement de protestation
qui nous parait nécessaire».

Crawford Price, correspondant du «Times».
Emile Thomas, correspondant du «Temps».
P. Tiano, correspondant du «Journal».
L. Magrini, correspondant du «Secolo».
P. Donaldson, correspondant de l'Agence Reuter.
Turbe, correspondant de l'Agence Havas.
Capitaine Trappman, correspondant spécial du «Daily
Telegraph».

A. Grohmann, correspondant de la « Frankfurter Zei-

tung» et de la «Neue Freie Presse».
M. Bessantchi, correspondant de la «Zeit».

Quelque étendue que nous ayions dû donner, bien mal-
gré nous, au présent rapport, il est impossible de tout dire,
même si l'on se restreiut à ces quatre dernières semaines.
La liste des villages pillés et brûlés, ainsi que des victimes
atteintes dans leur vie, leur honneur ou leurs biens est trop
longue. Après avoir rappelé le sort réservé aux rares pri-
sonniers grecs tombés entre les mains des Bulgares 1 et le
supplice du lieutenant Marcantonakis, 2 nous nous borne-

1 Nous faisons allusion aux neuf evzones grecs capturés le premier jour de
la guerre au poste de Kallinovon. Ils furent tous torturés et puis massacrés.

' 2 Le sous - lieutenant Marcantonakis, grièvement blessé pendant Vas-
saut de Saraghiol, eut les yeux crevés ; son corps fut affreusement mutilé.

D'autres soldats blessés au même engagement furent, dit un témoin ocu-
laire, «lâchement égorgés» (Voyez J. Leune, V Ilkistration du 26 Juillet 1913).
— A Radovichta un officier serbe eut le nez et les lèvres coupées et les
yeux crevés; ses compatriotes le retrouvèrent encore vivant.



10



rons donc aux centres les plus importants pour lesquels il
sera aussi plus facile à des étrangers de contrôler les
faits que nous avançons.

Pour faciliter ce contrôle nous diviserons notre exposé
en trois parties correspondantes aux trois districts princi-
paux dans lesquels se sont déroulés les sanglants évé-
nements:

1° les districts de Yevgheli et Doïran ; 2° les autres
districts à l'Ouest du Strymon ; 3° les provinces de Serrés
et de Drama.

Cependant avant d'y arriver nous ne pouvons pas ne
pas rappeler que, dans le Nord de la Macédoine, les
populations et les soldats Serbes 1 ont eu eux -aussi gra-
vement à souffrir, que le Cabinet de Belgrade a appelé à
plusieurs reprises l'attention du monde civilisé sur ces
atrocités et que certaines d'entre elles ont pu être consta-
tées par les consuls de France et de Russie à Uskub.

Une commission internationale, comprenant, entre
autres, le docteur Albert Perron, de Paris, le docteur Lud-
wig Schlieb, de Berlin, le docteur Sieber Moller de la
marine royale norvégienne, a fait une enquête dans le
district serbe de Knagevatz, occupé quelques jours par les
Bulgares. Son rapport publié le 16 juillet contient une
longue série d'horribles méfaits : incendies, meurtres, viols ;
il donne les noms des victimes et atteste que ces crimes
furent commis par l'armée régulière.

Par contre nous ne nous attarderons pas sur les
informations par lesquelles les agences officieuses de Sofia
et certains correspondants résidant dans la capitale bul-
gare ont essayé d'abord de nier les atrocités commises par

1 Voyez sur les soldats blessés, égorgés ou mutilés le communiqué
officiel serbe du 1 5 Juillet. Il contient des détails horribles et donne les
noms des victimes.



11



les Bulgares en Macédoine, puis, quand l'impudence de
cette assertion fut percée à jour, de faire croire que les Bul-
gares n'étaient pas les seuls à massacrer, brûler et piller.

Pour réduire à néant de pareilles calomnies, il suffit
de rappeler simplement ceci: Dans tous les pays occupés
par l'armée grecque se trouvent des sujets étrangers en
grand nombre, beaucoup d'entre eux ressortissent de gou-
vernements qui témoignent à la Bulgarie une sympathie
active; de plus, parmi les correspondants spéciaux que
nous citons, certains écrivent dans des journaux qui jugent
la politique grecque sans indulgence. Cependant il ne
s'est trouvé ni sujet ni correspondant étranger pour affir-
mer que l'armée grecque a commis un seul des excès dont
parlent les dépêches de Sofia. Celles-ci ne peuvent donc
tromper que ceux qui veulent l'être.

Voici au surplus le texte de la note communiquée le
1 9 Juillet par les légations de Grèce aux gouvernements
des grandes puissances.

» S. M. le roi des Hellènes a pris connaissance d'un télé-
gramme adressé au journal de Londres Evening News, par
lequel S. M. le roi Ferdinand demande une enquête interna-
tionale sur les atrocités commises en Macédoine par l'armée
bulgare.

» Le roi Constantin fait d'abord observer qu'il a vu de
ses propres yeux les faits que le roi Ferdinand nie, sans
avoir été sur les lieux, et uniquement sur la foi de ses
ministres.

» En adressant à toute l'Europe sa protestation contre les
horreurs bulgares et en dénonçant les crimes qui ont été
commis, le roi Constantin, qui cite des dates, des endroits et
des faits précis, a tenu à convier lui-même le monde civilisé
tout entier à constater les actes de sauvagerie qui ont mis
pour toujours la Bulgarie en dehors des lois de la civilisa-
tion et de l'hurnanité.



12



-, » La Grèce réclame à haute voix l'envoi, sans aucun re-
tard, des représentants du monde civilisé, car si les ruines de
la ville de Serrés, de Nigrita, de Doxato et de tous nos vil-
lages détruits sans qu'aucune bataille ait jamais été livrée à
leur proximité, resteront longtemps à leur place pour attes-
ter que l'armée du roi Ferdinand a passé par là, les milliers
de cadavres de Grecs égorgés, mutilés, brûlés vifs, les affreux
restes des vieillards, des femmes et des enfants massacrés ne
peuvent rester sans sépulture.

» Comme première mesure urgente le gouvernement hel-
lénique demande que tous les consuls généraux résidant à
Salonique reçoivent de leurs gouvernements l'ordre de se
rendre immédiatement sur les lieux mêmes afin d'examiner
si un Bulgare quelconque a été maltraité par l'armée grecque
dans les districts de Kilkitch, Doiran, Stroumnitza, Démir-His-
sar, Meléniko et Nevrokop où les divisions grecques ont passé.

» Les habitants de tous les villages bulgares de ces dis-
tricts, leurs familles, leurs biens sont protégés par l'armée
grecque, aussi bien que les familles et les biens des Grecs.

» Un grand nombre de paysans bulgares supposant l'ar-
mée grecque capable d'imiter les actes de l'armée bulgare
voulaient accompagner dans leur fuite les troupes bulgares.
Mais ils n'ont pu suivre la retraite trop rapide de l'armée et
ont dû s'arrêter pour essayer de rentrer chez eux. Tous ces
malheureux sont l'objet de la sollicitude de nos autorités
militaires; des vivres leur sont distribués régulièrement aussi
bien qu'aux Grecs et aux Turcs.

» Les consuls généraux verront tout cela. Ils auront en-
suite à visiter les districts de Yevgheli, de Doïran, de
Nigrita, de Serrés, de Démir-Hissar, de Zichna et de Drama,
pour constater que les accusations que nous avons formulées
contre l'armée bulgare étaient au-dessous de- la vérité.

» Des correspondants spéciaux du Temps, du Times, du
Secolo, du Figaro, du Daily Telegraph, de la Tribuna, de la
Pall-Mall Gazette, du Corriere délia Sera, etc. sont déjà sur
les lieux; d'autres arrivent tous les jours. Tous ces témoins
autorisés sont à même de voir, et pourront dire ce qu'ils
ont vu.



13

» Hier encore les consuls généraux d'Autriche-Hongrie et
d'Italie à Salonique se sont rendus à Serrés. S. M. le roi nous
fait savoir que les consuls généraux d'Italie et d'Autriche
revenus de Serrés lui ont déclaré que les atrocités commises
par les Bulgares dépassent en horreur ce que l'on avait
appris au début.

» Ils ont connu les noms des officiers bulgares qui y ont
pris part.»

IV

DISTRICTS OCCUPÉS PAR LES BULGARES
PENDANT LE DÉBUT DE LA GUERRE (NIGRITA ET YEVGHELI)

On sait comment la guerre actuelle fut provoquée par
les Bulgares qui désireux de surprendre Salonique vio-
lèrent la zone neutre et occupèrent d'une part Nigrita,
clef de la route Salonique-Serrès, et de l'autre Yevgheli,
point de jonction des forces grecques et serbes.

M. Francis Charmes, de l'Académie Française, apprécie
l'action bulgare ainsi qu'il suit {Revue des deux mondes
N° du 1 5 Juillet, page 470):

«Nous avons vu bien des violations plus ou moins odieuses
du droit des gens; aucune ne l'est plus que la perfide agres-
sion contre les Serbes et les Grecs, et malheureusement, il
n'y a pas de doute que le coup n'a eu rien de spontané; il a
été préparé de longue main, calculé avec soin, exécuté avec
audace .... L'armée bulgare a attaqué les armées serbes et
grecques au point précis où avait eu lieu leur jonction et avec
l'intention évidente de les séparer».

Malgré toutes les mesures prises, l'agression n'a pas eu
tout le succès que les Bulgares escomptaient. Nigrita et
Yevgheli ne purent être occupés que pendant trois jours.
Mais bien des années passeront avant que disparaissent
les traces de cette brève occupation.

Voici le tableau que nous a conservé de Nigrita au



14



lendemain de \a retraite bulgare M. de Jessen, le publi-
ciste danois bien connu, correspondant de V Illustrai ion et
du Temps: 1

«Jeudi soir, un télégramme du roi Constantin annonçait
aux autorités de Salonique que l'armée grecque, avançant
vers la vallée de la Strouma dans la direction nord-nord-est,
avait trouvé, parmi plusieurs autres villages saccagés, Nigrita,
avec 7,000 habitants, également brûlé et la population assas-
sinée par les Bulgares, y compris les femmes, les vieillards
et les enfants. Le roi désirait que le correspondant du Daily
Telegraph, Albert Trappman, et moi, nous nous rendissions
immédiatement à Nigrita pour y constater par nous-mêmes
ces faits. Nous partîmes donc à l'aube, un peu avant quatre
heures, à cheval, ayant devant nous plus de cent kilomètres de
chemin, que nous fîmes en deux jours, traversant une région
troublée par les comitadjis bulgares et dont la population,
dans certains endroits, n'osait quitter ses demeures pour aller
aux champs.

Vers une heure après-midi, nous apercevons enfin Nigrita.
Aussi vite que le permettent nos chevaux éreintés, nous
approchons de cette ville de malheur. Mercredi elle existait
encore, palpitante d'une vie travailleuse, sous ses platanes et
ses mûriers; hier déjà elle n'était plus qu'un bûcher dont les
cadavres couvrent les affreux débris. De 1,450 maisons, 49
seulement sont restées debout; parmi elles, l'église dont les
cloches se sont tues après une nuit de feu et de sang. On
marche dans les rues sur des pierres encore chaudes et noir-
cies; l'air est empesté par l'odeur fade des corps d'hommes
et d'animaux à demi consumés; les feuilles des arbres et de

1 Temps n° du 11 Juillet 1913. M. de Jessen avait envoyé à Y Illustration
de nombreuses photographies. Malheureusement les clichés sont parvenus
à Paris en mauvais état. Ce sont, dit V Illustration (n° du 19 Juillet 1913)) «de
précieux et irréfutables témoignages qui disparaissent». Plusieurs photogra-
phies de Nigrita en ruine ont paru dans Y Illustrated London News du 27 Juillet.

De nombreuses photographies ont été prises dans tous les centres macé-
doniens éprouvés. L'Université d'Athènes regrette de ne pouvoir joindre
quelques unes au présent rapport. Mais on prépare déjà d'autre part une
collection de ces témoignages irrécusables des atrocités bulgares.



15



la vigne des cours sont recroquevillées et noircies. Le vent
soulève une poussière grisâtre qui trouble même l'eau cou-
rante de la petite rivière traversant l'amas des ruines de ce
qui fut il y a trois jours la ville de Nigrita . . . .»

«Parmi les ruines fumantes on voit maintenant peu de
cadavres; après l'entrée de l'armée grecque, la plupart ont
été enterrés à la hâte à cause des fortes chaleurs; pourtant
il en reste: des vieillards dans des mares de sang sur les-
quelles les mouches bourdonnent; des hommes jeunes, le
visage décomposé, les mains crispées dans les derniers gestes
du désespoir. Le maire et le commandant militaire estiment
qu'au moins 470 habitants de Nigrita ont trouvé la mort
dans les flammes. En dehors de ces victimes, il y a tous ceux
qui souffrent de blessures de corps et d'âme. Des femmes
ont été violées devant leurs enfants; des enfants ont été
égorgés ; des vieillards maltraités. Nous en avons vu et
entendu assez pour comprendre que cette ville, florissante
il y a trois jours, est devenue la cité des souffrances, la città
dolente, comme dit Dante, à qui on songe naturellement
devant ces visions d'horreur».

Le capitaine Trappman a envoyé à son journal une
correspondance concordant en tous points avec celle de
M. de Jessen (voyez le Daily Telegraph, N° du 1 0 Juillet).

Le district de Yevgheli, s'il n'a pas été le théâtre de
ces grandes scènes d'horreur qui attirent les journalistes
étrangers, a eu sa part d'atrocités. La presque totalité de
la population grecque de Yevgheli a échappé aux Bulgares
en se réfugiant à Goumentsa; parmi les notables qui sont
restés, six ont été assassinés, dont une femme; huit autres,
dont le Vicaire du Métropolite, ont été arrêtés et n'ont
gardé la vie que par miracle. 1 A Bogdantsa sept no-
tables dont le curé Papastamataki ont été tués sur place;



1 Voyez les noms des victimes dans le communiqué officiel de l'État-
Major grec du 18 Juillet.



16



dix-sept aûtrqs furent égorgés à Doïran où ils ont été
transportés. Des crimes similaires ont été commis dans les
autres contrées grecques du district : Négotsi, Selovon,
Moïne et surtout Stoyakovon, qui a été entièrement brûlé
et où la majorité de la population a été massacrée. 1

V

ATROCITÉS COMMISES SUK LA RIVE OCCIDENTALE DU STRYMON

Le district de Kilkis.

Ce fut un système de l'armée bulgare battue, d'incen-
dier tous les villages et bourgades qu'elle abandonnait
afin de priver l'armée grecque de provisions et de retarder
sa marche en avant Selon l'expression d'un témoin ocu-
laire, M. Lucien Magrini, les Bulgares mettaient entre les
Grecs et eux «une zone de /eu» (Secolo N° du 7 Juillet). Ce
système a été appliqué pendant toute la campagne. Un
autre témoin, M. George Bourdon, dont nous n'avons pu
invoquer le témoignage aussi souvent que nous l'aurions
voulu, car le présent mémoire était presque terminé quand
ses correspondances ont commencé à paraître dans le Fi-
garo, fait, trois semaines après M. Magrini, la même obser-
vation, dans les termes qui voici :

« Une fumée qui mo?ite dans le lointain est le signe que les
Bulgares se retirent. Leur retraite a toujours pour signal un
incendie» {Figaro N° du 25 Juillet). De son côté le corres-
pondant spécial du Daily Telegraph (cf. le N° du 1 7 Juil-
let) télégraphie: «Depuis 48 heures /'avance avec toute la
vitesse de mon cheval. Partout les Bulgares en pleine retraite
brûlent les villages».



Conférez pour plus de détails le communiqué officiel cité plus haut.



17



Jamais cependant la tactique ne fut plus rigoureuse-
ment appliquée qu'au début de la campagne, quand on
peut dire que de Salon ique à Doïran et de Salonique à
Serrés il ne reste pas un seul village auquel on n'eut pas
mis le feu. Quand les Grecs entrèrent à Kilkis, bourgade
qui, hier encore, comptait 5000 habitants, il ne restait
debout que le palais du gouverneur et un couvent fran-
çais, où un grand nombre de femmes et d'enfants s'étaient
réfugiés.

Le supérieur de ce couvent, le père Gustave Michel, fit
au sujet des atrocités commises par les Bulgares des décla-
rations qui méritent d'être retenues, et qui d'ailleurs firent
l'objet d'une interpellation à la Chambre des Communes:

«Le père Michel révéla qu'une longue série de crimes,
avaient été commis autour de Kilkis, et qu'il avait été le té-
moin oculaire de plusieurs d'entre eux.

» Parmi les nombreux et atroces épisodes, le père Michel
raconte qu'à Kurkut une bande bulgare conduite par Doncief
a enfermé tous les hommes du pays dans la mosquée; elle a
fait entourer la mosquée par les femmes, afin qu'elles assis-
tassent au spectacle; ensuite, les comitadjis ont lancé contre
la mosquée trois bombes, et comme la mosquée ne sautait pas
ils y mirent le feu et tous les hommes, environ sept cent, ont
été brûlés vifs. Ceux qui ont essayé de fuir ont été tués à
coups de fusil par les comitadjis postés aux alentours de la
mosquée, de telle sorte que, raconte le R. P. Michel, visitant
Kurkut, j'ai trouvé dans les rues des têtes humaines, des bras
et des jambes carbonisés. Ayant offert mon assistance à quel-
ques pauvres femmes je me suis vu accuser par les comitadjis
bulgares d'avoir volé des têtes pour les envoyer en France.

»A Planitza la bande de Doncief a fait des atrocités encore
pires. D'abord tous les hommes ont été conduits à la mosquée
et brûlés vifs. Puis on a réuni les femmes, qui avaient assisté
à la mort des leurs, et on les a, à leur tour, brûlées sur la
place publique.

2



18



»A Raynovo des centaines d'hommes et de fennnes ont été
massacrés. Les Bulgares ont rempli un puits de leurs cadavres.

»A Kilkis les musulmans ont été massacrés par la popu-
lation bulgare de la ville et leur mosquée a été détruite.

»J'ai causé, continue le R. P. Michel, avec quelques comi-
tadjis qui m'ont raconté avec un cynisme incroyable les mas-
sacres commis. Parmi ces comitadjis bulgares il y avait des
commerçants de Sophia, des étudiants et des professionnels
bulgares. Un lauréat des lettres m'a raconté qu'il avait lui-
même tué de ses propres mains cent quarante chrétiens;
les comitadjis avaient en effet compris les chrétiens dans
leurs atrocités. J'ai été, moi-même, mandé au chevet d'un
chrétien, qui avait été bâtonné à mort pour avoir refusé de
livrer sa fillette à un comitadji.

»Indigné, je me suis adressé au consul de France à Salo-
nique afin qu'il fit cesser les massacres, qui constituent
une honte pour l'humanité et pour l'Europe entière».

Les déclarations du père Michel sont confirmées par
les déclarations faites à M. Magrini par les sœurs catho-
liques de Kilkis et par les trois chefs des missions des
Églises évangéliques, 1 dont le témoignage est à retenir,
car il s'étend à toutes les atrocités commises, aussi bien
celles de Kilkis que celles de Doïran, Stroumnitza,
Serrés etc. 2

Doïran et Stroumnitza.

La marche foudroyante de l'armée grecque de Kilkis
à Stroumnitza empêcha les Bulgares pourchassés, Pépée
dans les reins, de se livrer à des destructions systématiques.



1 Le révérend M. Brunau de l'Église Évangélique Allemande, le révé-
rend P. Toekhuvanian, de l'Église Évangélique Arménienne, le révérend
A. Mihitsopoulos, de l'Église Évangélique Grecque.

2 Ce document a été envoyé aux principaux organes de la presse amé-
ricaine. Une traduction française en avait été communiquée à la Liberté de
Salonique (N° du 24 Juillet).



19

Mais elle n'a pas pu prévenir les crimes contre les
personnes.

Parmi ceux-ci il faut signaler l'attentat contre l'évêque
de Doïran et 27 notables de cette ville qui enlevés à leurs
foyers au mépris de tout droit ont depuis disparu. 1

L'entrée du roi Constantin à Doïran fut l'occasion
d'un incident qui montre et doit trouver sa place ici.

« Le Mufti, dit le rapport officiel en date du 1 0 Juillet, salua
le roi au nom de la communauté musulmane et lui offrit selon
l'usage turc en hommage un vase de basilique. Il demanda
ensuite la protection du roi pour les 600 victimes, femmes et
enfants, de Doïran, dont les maris et pères furent massacrés par
les Bulgares, à leur arrivée au mois d'Octobre. Le Mufti ajouta
que les Bulgares, alors, avaient brûlé toutes les mosquées
sauf une qu'ils avaient employée comme église et demanda
que celle-ci fût rendue à son culte. Le roi ordonna immédia-
tement que les veuves et orphélins fussent nourris régulière-
ment aux frais de l'état et que la mosquée fut rendue à sa
véritable confession. Le Mufti déclara que dans les environs
il y a plus de 5000 orphelins et veuves qui sont restés sans
protection et qui ont besoin de secours. En effet, les ravages
faits par les Bulgares sur la population turque sont terribles.
Partout où nous passons nous rencontrons des victimes dont
les Bulgares ont massacré les soutiens et ruiné la situation.

1 Voici les noms des victimes : L'évêque de Poliani Photios, le prêtre
Papayannis Georges , Démètre Tsikmakis , Georges Tsikmakis , Christos
Psomas, Emmanuel Psomas, Démètre Hadji Nacos, Georges Hadji Nacos,
Georges Monasseris, Georges Anastassiou , Stavros Grigoriou , Basile
Partsos, Constantin Marcos, Athanasse Marcos, Georges Terzitanis, Chri-
stos Terzitanis, Démètre Markou, Constantin Moyos, Constantin Sala-
manis, Anastase Demasla, Anastase Maskas, Yordanis Zahos, le garde
Grigorios. Outre ces notables, les Bulgares ont arrêté et envoyé à Serrés
avant le commencement de la guerre, le prêtre Papa Petro, Démètre Atha-
nassiades, directeur de l'école grecque, Démètre Karaoulanis, Nicolas Zoni,
Nicolas Tsimis, Argir Papayanakis, K. Voyannezi, Pierre Hadjigrigoriou
et Georges Hadjigrigoriou. Sa Grandeur l'évêque de Poliani a été depuis
retrouvé par l'armée roumaine dans une ville du nord de la Bulgarie, mais
on continue à ignorer le sort des autres otages.



20

Aujourd'hui le gouvernement grec doit penser à soulager les
malheureux Mulsumans que les Bulgares ont jeté dans la
détresse. Dans quelques villages turcs, près de Doïran, les
Bulgares ont converti de force les habitants musulmans et
leur ont assigné des prêtres exarchistes qui sont d'ailleurs
partis avec les troupes bulgares». 1

Si Sroumnitsa a souffert moins que Doïran c'est au
courage de son archevêque qu'elle le doit. Ce prélat faillit
d'ailleurs payer par une mort horrible sa mâle attitude.

Voici comment le correspondant du «Temps» à Salo-
nique (voyez le «Temps» du 14 Juillet), résume ce qui
s'est passé à Stroumnitza:

«Avant d'évacuer Stroumnitza les soldats bulgares ont
pillé plusieurs maisons grecques et musulmanes; ils ont tué
le prêtre Constantin, ont blessé sa femme, tué un autre Grec
de Yevgheli de passage et ont massacré seize musulmans,
enfants compris. Ils avaient arrêté de nombreux notables 2
pour les mettre à mort et ne les ont relâchés que sur la
déclaration du métropolite grec dégageant sa responsabilité
quant à la revanche que les Grecs pourraient prendre à leur
arrivée, sur les Bulgares de la ville et des village environ-
nants. Néanmoins deux des personnes arrêtées avaient été
tuées entre temps. Les Bulgares, prétextant l'épidémie, avaient
tâché d'enfermer le métropolite dans le pavillon des cholé-
riques; l'archêveque put se sauver nuitamment dans un vil-
lage des environs. Les troupes helléniques occupèrent la
ville mercredi, à sept heures du soir».



1 La communauté ottomane de Doïran a soumis un long mémoire dé-
crivant, dans tous leurs détails, les méfaits commis £ar les Bulgares dans
le district de Doïran. Ce mémoire a été authentiqué par les prêtres bul-
gares Telatinof, Nakof, Yanoff, lesquels se sont librement portés garants
des assertions des victimes. Ce mémoire a été publié dans un grand nombre
de journaux européens et notamment le Temps.

2 Ces notables étaient au nombre de 22 ; le communiqué officiel grec du
12 Juillet donne leurs noms (voyez le texte du communiqué dans le Mes-
sager d' Athènes du 1 6 Juillet).



21



VI

LES PROVINCES DE SERRÉS ET DRAM A

Si grandes qu'aient été les atrocités commises sur là
rive gauche du Strymon, elles ne se comparent pas en im-
portance avec celles commises sur la rive droite. La diffé-
rence tient au surplus uniquement à deux raisons: 1° à ce
que la province de Serrés est plus riche que celles de Kil-
kis et Doïran, et qu'on y trouve de plus grandes villes; 2° à
ce que les ponts du Strymon ayant été coupés, l'armée
grecque n'a pu arriver à temps pour prévénir les catas-
trophes.

Dans l'impossibilité de donner une liste complète de
tous les forfaits commis, car tous les villages de la plaine
de Serrés ont été brûlés, nous nous bornerons, comme
nous l'avons fait jusqu'ici, aux principaux centres.

Le sac et l'incendie de Serrés

Serrés est une des rares villes de l'intérieur de la Ma-
cédoine, où il y ait des autorités consulaires étrangères.
Elle fut de plus visitée par les consuls généraux d' Au-
triche-Hongrie et d'Italie à Salonique. Nous possédons
donc des documents officiels étrangers et, fidèles à notre
méthode, nous les donnons de préférence aux documents
officiels grecs pourtant plus détaillés.

Voici d'abord le texte du télégramme officiel adressé à
son gouvernement par le consul général d'Autriche- Hon-
grie, à Salonique. 1

«Je me suis rendu à Serrés accompagné de mon collègue
d'Italie. Cette ville qui fut jadis riche et florissante est
aujourd'hui aux trois quarts un amas de cendres fumantes.



1 Selon la traduction envoyée au Temps par son correspondant de Vienne
<N° du 23 Juillet).



22



»Les Bulgàres avaient déjà abandonné Serrés le 5 Juillet
Le 1 1, apparurent des troupes et des comitadjis conduits par
des officiers et des fonctionnaires. Ils bombardèrent la ville
sans défense avec quatre canons, pillèrent et incendièrent les
plus beaux quartiers de fond en comble, ainsi que plusieurs
maisons appartenant à des sujets autrichiens et notre consu-
lat. Les dégâts sont évalués à environ 45 millions de francs.

» Cinquante notables ont été massacrés, parmi lesquels le
sujet hongrois Albert Biro. Plusieurs personnes ont péri dans
les flammes. Cinq des nouveaux dépôts de tabac de la mai-
son autrichienne Herzog et C ie ont été détruits et brûlent
encore; les dégâts s'élèvent à 2,500,000 francs.

» Notre drapeau n'a pas été respecté. Le vice -consul,
Zlatko, qui tenait le pavillon en mains, à été emmené dans
la montagne avec 150 personnes qui s'étaient réfugiées au
consulat et n'a été relâché qu'après avoir payé une rançon.

»I1 est indispensable qu'on envoie des secours pour nos
ressortissants qui appartiennent aux familles israélites jadis
les plus riches.

»Je prie qu'on expédie des sommes importantes pour
l'achat de vivres et de vêtements.

»Drama a été occupée.

»A Doxato, plusieurs centaines de femmes et de jeunes
filles ont été trouvées massacrées par les Bulgares.

»A Démir-Hissar, 140 personnes furent également mas-
sacrées.

»Vingt Grecs de Serrés ont été massacrés par les Bul-
gares dans la propriété de Pierre Pantza après avoir été au
préalable détroussés.

»Les dommages résultant de l'incendie des propriétés de
la communauté hellénique de Serrés s'élèvent à 130,630 livres
(plus de trois millions de francs). Les dommages subis par
la maison autrichienne Herzog sont considérables ainsi que
ceux de la Compagnie américaine des tabacs».

M. Zlatkos, vice -consul d'Autriche à Serres avait dès
le 14 Juillet envoyé au consulat général d'Autriche à
Salonique le rapport télégraphié que voici :



2î3 L

«Un détachement bulgare de cavalerie et d'infanterie
bombarda la ville de Serrés vendredi matin. Après que
quelques obus furent tombés dans divers endroits, l'infanterie
pénétra dans la ville, massacrant et mettant le feu à toutes
les maisons et aux magasins. La ville a été presque totale-
ment détruite; les victimes des massacres et de l'incendie
sont fort nombreuses; 20,000 âmes environ restent sans abri;
les vivres, habits et couvertures de tous les dépôts sont
détruits; la ville manque totalement de nourriture. Devant
cette terrible situation je vous prie de prendre part à l'envoi
de secours.

» Vendredi, vers midi, des soldats de l'armée régulière
attaquèrent ma maison, me forçant à sortir dans la rue ainsi
que ma famille et un grand nombre de personnes qui, fuyant
les massacres et le feu, s'étaient réfugiées chez moi. Immé-
diatement après nous fûmes conduits sur la montagne. Tous
les enfants et les femmes qui m'accompagnaient furent me-
nacés de mort, et c'est en payant de fortes rançons que nous
avons été relâchés. Je suis sain et sauf, mais ma maison
ayant été la proie des flammes, je me trouve avec ma famille
sans abri ni vêtements. Tous nos sujets résidant ici se
trouvent dans la même situation que moi.

» L'armée hellénique a occupé la ville vers la soirée de
vendredi, organisant immédiatement le service de police qui
est parvenu à maintenir l'ordre. Le calme et la tranquillité
régnent parfaitement en ce moment».

Les rapports des autorités italiennes n'ont pas encore
été publiés. On peut s'en faire par avance une idée par un
très long article que M. Magrini a envoyé de Serrés au
Seco/o. ] M.Magrini a, en effet, non seulement interviewé le
vice-consul d'Italie à Serrés, mais, accompagnant le con-
sul général italien- de Salonique, il a assisté aussi à toute
l'enquête menée par celui-ci et il reproduit également le



1 Numéro du 18 Juillet.



24



discours que le Commandeur M. Vivalba, prononça au
moment de quitter la ville détruite.

Voici les parties principales de la correspondance de
M. Magrini, pleinement confirmée d'ailleurs par Monsieur
P. Larco, le correspondant du Corriere délia Sera (N° du
17 Juillet), qui, ainsi qu'il le déclare formellement, a. lui
aussi puisé ses renseignements auprès des autorités con-
sulaires italiennes. 1

«L'opinion publique, dit M. Magrini, ignore, car il a été
tenu caché, le dossier volumineux et circonstancié réuni par
les consulats des puissances à Salonique sur les massacres, des
populations musulmanes de Macédoine et de Thrace. Une
enquête personnelle me permet d'affirmer qu'environ 200,000
musulmans: hommes sans armes, femmes, vieillards et enfants
ont été tués par les Bulgares au cours des premiers mois de
la guerre balkanique. Toute la Macédoine Orientale et la
Thrace, opprimées de manière invraisemblable, furent sacca-
gées et terrorisées. Le silence gardé par les grandes puissan-
ces sur les massacres des musulmans encouragea les Bulga-
res à continuer et les a conduits aux massacres et pillages
actuels contre les populations helléniques. L'Europe ne peut
plus douter, car à la suite des monstruosités commises à Ser-
rés nous avons enfin l'enquête de deux grandes puissances,
dont les consuls concluent que les versions grecques sont
inférieures à la réalité des faits.

Une semaine de passion.

«Quant il fut connu que le consul général d'Italie à Sa-
lonique Macchioro Vilvaba et son collègue d'Autriche- Hon-

1 Un autre témoignage dont on doit tenir compte, est celui de M.
Mûncbausen, professeur de langues étrangères à Serrés, lequel se trouvait
parmi les sujets autrichiens enlevés avec leur consul sur la montagne. Le
témoignage du professeur Mùnchausen a été recueilli par le correspondant
spécial du Daily Telcgraph (voyez le N° du 21 Juillet}; il confirme tout ce
que dit M. Magrini. et donne même quelques détails supplémentaires. La
dépêche du correspondant spécial du New York Herald (N° 17 Juillet) n'est
pas moins intéressante à consulter.



25



grie Auguste Kral se rendaient à Serrés, j'ai cru devoir me
joindre à eux. J'assistai et participai à tous les nombreux
interrogatoires auxquels ils se sont livrés. Je suis donc à
même de faire connaître le résultat de l'enquête consulaire
de laquelle ressort la préméditation et la responsabilité di-
recte du gouvernement bulgare dans la destruction de Serrés.

» Nous avons pu reconstituer la semaine de passion
par laquelle a passé la ville macédonienne: Le vendredi 4
Juillet, l'avocat-conseil bulgare du consulat italien lui annon-
çait l'arrivée de l'ordre suivant: «Si on voit que Serrés est
perdue pour les Bulgares qu'on détruise la ville.» Le soir du
même jour le général Ivanof battu à Lahana passa par la
station de Serrés et se dirigea vers Démir-Hissar. Samedi 5,
les magasins et les maisons furent saccagés; 17 notables
furent massacrés; quatre autres notables, dont les directeurs
du Gymnase, de l'hôpital et delà Banque d'Orient, furent con-
duits hors delà ville et tués à coups de baïonnette. Ensuite
le général Voulkof, gouverneur de la Macédoine, et tous
les fonctionnaires, soldats et gendarmes bulgares partent pré-
cipitamment. Dimanche et lundi, la ville dans l'attente de
l'armée grecque est tranquille; les habitants s'arment pour
repousser une attaque probable des comitadjis. Mardi et mer-
credi ont lieu des escarmouches entre habitants et des grou-
pes de soldats, qui essaient d'entrer dans la ville et de l'in-
cendier. Jeudi les habitants, pressentant la catastrophe, en-
voient une délégation à Nigrita pour demander des secours;
mais il était trop tard.

«Avec le consul général d'Autriche j'interroge le musul-
man Ahmed- Hafuz, ex -adjoint à la police bulgare; il fait
les déclarations suivantes:

» Jeudi soir se présenta à mon domicile l'officier bulgare
Monef, et me dit que les bulgares allaient incendier Serrés le
lendemain; il m'invita à participer au pillage et à l'incendie
avec une bande de musulmans. Je refusai. Alors, Monef me
demanda du pétrole; je répondis que je n'en avais point. Jeudi
dans la nuit quatre canons de campagne furent placés sur la
colline Dutli, qui domine Serrés, et le lendemain matin à



26



huit heures commença le bombardement produisant une pa-
nique énorme. Bientôt plus de 500 fantassins, plusieurs di-
zaines de cavaliers et une cinquantaine de comitadjis entrent
dans la ville armés de bombes, et les atrocités commencent.
Parmi les soldats on note plusieurs officiers, le docteur Yan-
kof, secrétaire du général Voulkof et conseiller du gouverne»
ment, l'ex-chef de la police Karagiosof, Orphanief chef de la
gendarmerie de Serrés. Évidemment il s'agit d'un plan bien
organisé. Les portes des magasins et maisons sont ouvertes
à l'aide de bâtons ferrés dont sont armés les soldats. Les édi-
fices sont envahis et saccagés; le butin est chargé sur une
centaine de chars, spécialement réunis à cet effet. Puis les
maisons successivement vidées sont aspergées de pétrole et
autres matières inflammables, et le feu y est mis. Par une
application de la loi du moindre effort, sur chaque groupe
de trois maisons on n'incendiait que celle du milieu, avec la
confiance que le vent qui souffle avec violence achèvera
l'œuvre de désolation. Les soldats tirent contre les habitants,
qui cherchent à sauver les maisons incendiées, consulats et
établissements étrangers».

L'attaque du consulat italien.

«Dans le quartier Kamenikia 28 personnes, parmi lesquels
Albert Biro, sujet hongrois, sont massacrés. Le vice-consul
d'Autriche avec les personnes réfugiées au consulat est trans-
porté sur la montagne; sa magnifique maison est saccagée,
puis brûlée. Tous les édifices protégés par des drapeaux étran-
gers sont traités de même. A la banque d'Orient on veut faire
ouvrir la caisse à l'aide d'une bombe, mais le coup manque,
et on se borne à incendier l'édifice.

» L'agence consulaire italienne, édifice bien construit, en-
touré d'un vaste jardin, fut sauvé presque miraculeusement
de la destruction. Elle est la seule maison sauvée de tout un
quartier incendié.

» L'agent consulaire italien, Menahem Simantow, nous
explique que vendredi à midi quelques soldats d'infanterie lui
intimèrent l'ordre d'ouvrir l'hôtel, dans lequel s'étaient réfu-
giées six cent personnes, en majorité femmes et enfants. Si-



27

mantow apparut à une fenêtre; les soldats lui demandèrent
400 livres turques. Lui connaissant le bulgare les décida à se
retirer en se contentant de quatre livres seulement.

»La présence du jeune bulgare Mavrodief, dit Simantow >
sauva l'agence de la catastrophe. Cependant dans le cours de
la journée il fallut éloigner d'autres soldats par une nouvelle
rançon. L'agence pleine de réfugiés était entourée de toutes
parts par des flammes; et c'est avec peine que nous arrivâmes
à nous en protéger. L'agent italien nous parle ensuite des mas-
sacres de l'élément musulman et des persécutions de toute le
population depuis l'occupation de la ville par les Bulgares.
Il nous donne des détails inouïs. Les autorités s'appropriaient
les meilleurs objets: meubles, tapis, argenterie, étoffes, tout
était volé et envoyé à Sofia. Quand le tzar Ferdinand passa
par Serrés, le préfet demanda à l'agent consulaire italien un
riche service pour offrir, selon la coutume, le pain et le sel
au souverain bulgare. Simantow acquiesça à la demande;
mais le tzar parti l'argenterie n'était pas rendue. Simantow
reclama à plusieurs reprises, menaça de faire intervenir la
légation italienne à Sofia et de créer un scandale et finale-
ment il réussit à obtenir une indemnité qui atteignait à peine
le quart de la valeur des objets dérobés.

«Comme Simantow est un riche négociant, les autorités
bulgares prélevèrent par voie de réquisition dans ses maga-
sins des marchandises d'une valeur de 50,000 francs, lui lais-
sant pour tout paiement des reçus. Ces reçus consistent en
des morceaux de papiers dont toute la Macédoine Orientale
et la Thrace ont été couvertes; souvent, sourtout quand il
s'agissait de Grecs, on y écrivait au lieu des montants et de
la nature des marchandise reçues des injures en bulgare.
Tous les magasins étaient aussi obligés de mettre des en-
seignes bulgares, même l'agent consulaire italien fut contraint
de se conformer à cet ordre et il fut soumis même à une
amende pour ne pas l'avoir fait assez tôt.

Quatre mille maisons détruites.
M. Magrini publie ensuite une entrevue avec le vice-



28



consul d'Autriche, dont nous donnons plus haut le rap-
port et iLcontinue:

«En compagnie du commandeur M. Vivalba et du consul
Kral je visite à plusieurs reprises tous les quartiers de la
ville. Quelle immense désolation! On calcule que quatre mille
maisons, dont quelques unes bâties en pierre de taille, ont été
détruites. Les deux consuls généraux s'écrient qu'ils n'avaient
jamais vu pareille chose. Nos impressions concordent: nous
nous trouvons devant une résurrection de Tamerlan et de
Gengis Kan. L'horreur de la destruction dépasse toute ima-
gination. Il est impossible d'évaluer l'ensemble des dom-
mages. Seules les pertes de trois grandes maisons de tabac:
la maison Herzog et deux grandes compagnies américaines,
se montent à dix millions.

Les promesses du consul d' Italie.

«Le 14 Juillet le commandant Mazarakis restituait aux
musulmans leur grande mosquée confisquée et transformée
en église exarchiste. La cérémonie de restitution fut émou-
vante. Les musulmans pleuraient et chantaient les louanges
de la Grèce libératrice. Le métropolite accompagné du clergé
orthodoxe était présent. Le consul général d'Italie qui y
assistait également prit la parole déclarant qu'il communi-
querait à son gouvernement les horreurs sans nom de la bar-
barie bulgare constatées par lui et ajouta que la manifesta-
tion de fraternité et de concorde entre Musulmans et Grecs
était un heureux présage pour la résurrection de Serrés ren-
due à la tranquillité par l'administration hellénique».

Il convient de relever que Grecs et Turcs n'ont pas été
les seuls à souffrir à Serrés. La communauté israélite fut
elle aussi cruellement éprouvée. Voici le passage essentiel
du rapport rédigé par la délégation israélite de Salonique. 1

1 On consultera également pour les dommages subis par la commu-
nauté israélite: Le Temps du 21 Juillet, V Echo d'Athènes du 24 Juillet et le
rapport de Mr Schiuas du bureau de la presse de Salonique {Liberté de
Salonique, N° du 15 Juillet).



29



«C'est sous la lugubre et douloureuse impression que nous
avons ressentie pendant notre visite â travers les ruines,
encore fumantes, de ce qui a été la ville florissante de
Serrés que nous faisons le présent rapport. Serrés ville d'en-
viron 30,000 habitants, dont 16,000 Grecs, 12,000 Musulmans
et 1,300 israélites, était hier encore, malgré la malheureuse
guerre balkanique, pleine de vie et prospérait relativement.
La main vandale s'est appesantie sur elle et au bourdonne-
ment bienfaisant du commerce dans toutes ses manifesta-
tions a succédé le silence du tombeau. Sur 6,000 maisons
que comptait Serrés, 4,000 et les meilleures ont été réduites
en cendres; plus de 4,000 magasins ont été saccagés d'abord
et incendiés ensuite. Le malheur est immense; tous les habi-
tants, sans distinction, ont eu plus ou moins à souffrir. Plus
de la moitié de la population se trouve sans abri et sans
pain.

» Sur 200 familles israélites de la ville 131 ont perdu leur
mobilier, marchandises, immeubles etc. 112 familles ont vu
leur mobilier complètement détruit; parmi elles 29 ont perdu
également leurs immeubles; 32 ont eu leurs magasins dé-
truits. Les dégâts matériels causés à la population israélite
s'élèvent à 41,035 livres turques.

» La communauté a perdu la synagogue, une école, pour
la construction de laquelle on avait dépensé 50,000 francs, et
deux maisons de rapport qui servaient à combler le déficit
du budget de l'école.

» Il faut en outre compter les pertes indirectes provenant
de sommes que les maisons israélites avaient à recevoir des
négociants non israélites, qui ont vu leurs biens anéantis
dans le désastre commun. Ces pertes indirectes ne peuvent
être pour le moment évaluées.

» Au cours de notre visite à Serrés nous avons pu nous
entretenir avec le major Mazaraki, commandant de la place,
et l'avons remercié de toute la bienveillance dont il a fait
preuve à l'égart de nos coreligionnaires. M. Mazaraki est
animé des meilleures intentions, mais comme il doit, dans
un délai plus ou moins bref, rejoindre son corps, il a formé
parmi les notables de la ville, sans distinction de religion ou



30



de race, diversés commissions chargées d'assurer l'œuvre gé-
nérale de secours et d'hygiène.»

Notons pour finir que les Bulgares, tout comme les
«chauffeurs» et les autres associations de malfaiteurs du
début du siècle dernier, commettaient une partie de leurs
méfaits sous des déguisements, mais plus privilégiés que
les bandits de jadis ils avaient pour centre de leurs opé-
rations les bureaux même de l'autorité locale suprême!
Ceci resuite de la dépêche officielle suivante datée du
17 Juillet:

«Les consuls généraux d'Autriche et d'Italie arrivés ici,
ont tressailli d'horreur devant les crimes bulgares et les

victimes exposées devant moi et l'Archevêque Nous

nous sommes aussi rendus avec les consuls aux bureaux du
général Voulkof, où nous avons trouvé plusieurs fausses
barbes et perruques dont se servaient les comitadjis pour se
déguiser, ainsi que quantité d'effets pillés, y compris des
vêtements de femmes et des tapis; pareille découverte avait
été aussi faite par moi dans le palais du gouverneur à Kilkis.»

Le commandant de la place de Serrés
MAZARAKJS

La boucherie de Démir - Hissar.

Les premières nouvelles des massacres commis à Dé-
mir -Hissar furent connus par le rapport suivant du géné-
ral commandant la 6 me division (en date du 12 Juillet): 1

«J'ai l'honneur de porter à la connaissance de Votre
Majesté qu'un officier de mon état -major, envoyé à Démir -
Hissar, a constaté ce qui suit:

»Le capitaine de la gendarmerie bulgare Méligof a, sur
les indications de trois habitants bulgarisants, arrêté le
métropolite Mgr Constantin, le prêtre Papastavrou, le notable
Papazacharizanou et plus de cent autres Grecs, qu'ils ont

1 Publié dans le Temps du 14.



31



enfermés dans l'enceinte de l'école bulgare. Le 7 et le 8
Juillet, les soldats et les gendarmes bulgares les ont massa-
crés, et ils ont réquisitionné des paysans turcs pour les enter-
rer dans l'enceinte de l'école, en dehors du mur de clôture,
du côté de l'est. Un officier de mon état -major a ordonné
l'exhumation des cadavres pour procéder aux constatations
nécessaires. Il a effectivement trouvé, à une profondeur de
plus de deux mètres, les cadavres entassés des victimes.

» En outre, officiers et soldats ont violé plusieurs jeunes
filles; ils en ont même tué une, nommée Agathe Thomas,
fille d'un jardinier, à cause de la résistance qu'elle leur
opposait.

»Les magasins de la ville ont été détruits ou saccagés,
ainsi que tous les ustensiles de ménage des maisons de nos
compatriotes, dont plusieurs ont été sauvés par les Turcs,
qui les recueillaient dans leurs maisons.

»La ville en général, offre un spectacle lamentable de
destruction».

Une commission d'ex- députés grecs de Macédoine à
la Chambre de Constantinople et de députés à la Chambre
d'Athènes se rendit immédiatement sur les lieux et
adressa à S. S. le patriarche œcuménique et au président
de la Chambre grecque un rapport contenant les détails
que voici:

«L'armée bulgare fuyant de Lahana s'est rendue à Démir-
Hissar. A peine arrivée elle a arrêté 104 notables parmi les-
quels le métropolite et trois prêtres. 80 ont été immédiatement
tués à coups de baïonnette. 24 autres, simulant la mort, ont
survécu, bien que couverts de graves blessures faites par des
baïonnettes. Parmi les victimes il y a deux femmes et deux
bébés âgés l'un de trois et l'autre de deux ans.

» Parmi les «rescapés» se trouvent deux vieillards; ils por-
tent des blessures à la baïonnette. L'un d'eux avait été en-
terré vivant. Comme on l'avait mal enfoui il réussit à se
déterrer lui-même et à s'échapper. Son état est néanmoins
très grave.



82



» Un grand nombre de jeunes filles et de femmes ont été
souillées. Magasins et maisons ont été saccagés. Détail d'une
barbarie inouïe: le métropolite et les trois prêtres ont été
tués de la propre main du capitaine du 12 e régiment Anghel
Dimitrief Bostanof qui leur creva auparavant les yeux et
leur coupa les mains

» Toutes ces atrocités ont été commises par des soldats et
des sous-officiers de l'armée régulière bulgare, appartenant
au 12 e et 21 e régiments. Les consuls d'Autriche et d'Italie
ont vu les survivants et ont causé avec eux. On a commencé
à enterrer les cadavres dont beaucoup sont affreusement
mutilés.

»Les détails du massacre du métropolite de Méléniko
et Démir-Hissar Constantin et des notables de Démir-Hissar
sont tragiques.

»Le 7 juillet à 9 heures du matin, une vingtaine de sol-
dats bulgares, baïonnette au canon, avec un officier se ren-
dirent à l'évêché où se trouvait aussi en ce moment le nota-
ble Thomas Papacharizakis, grand logothète du diocèse de
Méléniko. Les soldats frappèrent à la porte, et comme le mé-
tropolite résistait ils l'enfoncèrent. L'officier avec six soldats
pénétrèrent dans l'immeuble et se mirent à le fouiller, sous
prétexte de chercher des armes et des documents. Ils enlevè-
rent 40 livres turques qu'ils trouvèrent dans le bureau du
métropolite. En partant ils emmenèrent le métropolite et le
notable Papacharizakis. Ils les conduisirent, tout en les bat-
tant, près de l'école bulgare. Ils les firent mettre à genoux et
commencèrent à frapper le métropolite à la tête et aux flancs
avec leurs baïonnettes. Papacharizakis était mort de frayeur.
Les tortionnaires se ruèrent sur son cadavre. Le martyre du
métropolite fut long. Les Bulgares l'ont piétiné, insulté. Ils
lui ont arraché les cheveux et les poils de la barbe. Après
quoi ils dépouillèrent les morts, leur enlevèrent leur argent,
leurs montres, leur linge.

»Puis abandonnant les cadavres, ils retournèrent à l'ar-
chevêché. Ils cherchaient la sœur du métropolite qui s'était

1 Attesté aussi par le correspondant du New York Herald (n° du 1 7 Juillet).



33



cachée sur le toit d'une maison voisine et qui se sauva par
miracle. La mère du métropolite ne put survivre à tant d'émo-
tions. Les Bulgares enlevèrent les ornements pontificaux du
métropolite, deux mitres, une croix enrichie de diamants, un
évangile relié en or, des objets précieux et des meubles, enfin
240 livres turques appartenant à la sœur du métropolite.

»Les cadavres restèrent exposés jusqu'au mercredi 8 juillet.
Alors, les traînant par les pieds, les Bulgares les jetèrent
avec les corps de plusieurs autres habitants de la ville et des
alentours dans une fosse creusée dans le jardin de l'école
bulgare en construction. Pour élucider complètement les faits,
nous avons fait exhumer, avec beaucoup de difficulté à cause
de leur état de décomposition, huit cadavres. Il fut impossi-
ble d'exhumer les autres.

» Le charnier offrait un spectacle épouvantable. Des di-
zaines de corps étaient entassés. Celui du métropolite était jeté
sur le ventre. Tous les cadavres avaient les flancs percés de
coups de baïonnette. Il y avait aussi des blessures à la tête,
des crânes fracassés, des yeux crevés, des contusions et autres
preuves atroces des supplices infligés aux martyrs. Les fi-
gures des morts portaient les traces d'indicibles souffrances.

» L'inhumation a eu lieu au milieu des sanglots des
veuves, des orphelins et de toute la communauté».

Les autorités locales compétentes ont dressé, pour les
actes de l'état civil, la liste des victimes. Nous reprodui-
sons tel quel ce document officiel :

Liste des personnes massacrées.

Sa Grandeur le métropolite de Méléniko, Monseigneur
Constantin âgé de 40 ans. Archiprêtre Stavros, 45 ans, marié.
Thomas Papacharizakis, commissionnaire, 65, marié. Cons-
tantin Harizano, marchand en manufactures, 68, marié. Cons-
tantin Gheorghiou, épicier, 42, marié. Hadji Dimitri Joannou,
épicier, 55, marié. Georges Caléa, 60, marié. Athanase G. Ca-
léa, 1 7, célibataire. Christos Patsarizi, épicier, 45, marié. Tho-
mas Patsarizi, épicier, 28, marié. Georges Dimitriou, boucher,
35, marié. André Sotiriou, cordonnier, 25, marié. Nicolas

3



34

D. Eliadès, commissionnaire, 35, marié. Nicolas Anastassiou,
négociant, 23, célibataire. Jean Antoniou, laboureur, 30, ma-
rié. Vassiliki, épouse du précédent, 22 ans. Eurydice Ioannou,
4 ans. Pénélope Ioannou, 2 ans. Elie Dragatsis, cuisinier,
26, marié. Georges Nicolaou, boucher, 45, marié. Jean Anghe-
lidis, instituteur, 50, marié. Thomas Anghelidis, huissier de
la Métropole, 60, marié. Jean Gheorghiou, boulanger, céli-
bataire. Théodore Emmanuel, aubergiste, 30, marié. Tassakis
Dimitriou, aubergiste, 23, célibataire. Elie Dimitriou, négo-
ciant en peaux, 28, célibataire. Jean Andréou, négociant en
peaux, 27, célibataire. Théodore Dimitriou, tailleur, 17, céli-
bataire. Démètre Christou, cabaretier, 60, marié. Christos Di-
mitriou, épicier, 25, marié. Jean Thomas Kéka, jardinier, 20,
célibataire. Athanase Pétrou, jardinier, 26, marié. Constantin
Christou, cordonnier, 50, marié. Elie Danikis, savetier, 29,
marié. Georges Caraghiozis, cafetier, 22, célibataire. Cons-
tantin Sapoundjis, épicier, 38, marié. Stéphanos Ioannou, tail-
leur, 46, marié. Lascaris Sterghiou, étudiant, 1 7, célibataire.
Constantin Mocas, négociant, 48, marié. Jean Angheloussi,
cafetier, 1 8, célibataire. Anastase Constantin, boucher, 35,
marié. Sotirios Ioannou, pharmacien, 40, marié. Georges Pan-
deli, architecte, 25, célibataire. Constantin Sotiriou, débitant
de tabac, 28, célibataire. Elie Dimitriou, marchand de farine,
24 v célibataire. Daniel Tacou, épicier, 70, marié. Emmanuel
Simotsi, maître d'école, 35, marié. Vassilios Ioannou, cafetier,
25, marié. Théodore Constantinou, horloger, 25, célibataire.
Georges Kiorpezi, cuisinier, 25, marié. Georges Dimitriou cor-
donnier, 30, marié. Athanase Gheorghiou, cordonnier, 40, ma-
rié. Michel G. Montafthi, épicier, 45, marié. Yannakis Siola,
négociant, 50, marié. Thomas Mélénikos, marchand de tabac,
34, marié. Démètre Christou, boulanger, 50, marié. Elie Dimi-
triou, ouvrier de tabac, 1 8, célibataire. Agathi Thomas, 1 7,
non mariée. Costa Cheorghiou laboureur 50, marié. Angheliki,
épouse du précédent 40 ans. Anastase fils de Costa, étu-
diant, 18, célibataire. Démètre Ioannou, instituteur, 28, marié.
Jean Dimitriou, boucher, 45, marié. Nacos Dacou, jardinier,
48, marié. Antoine Dimitriou, teinturier, 19 ans, célibataire.
Constantin Apostolou, ouvrier de tabac, 22 ans, célibataire.



35



Yannakis Athanassiou, ouvrier de tabac, 1 8 ans, célibataire.
Pierre Athanasiou, ouvrier de tabac, 16 ans, célibataire. Mi-
rodi Dimitracopoulo, instituteur, 21 ans, célibataire.

Personnes blessées mortellement:

Georges Tchataldjanos, ouvrier de tabac, 30 ans, marié.
Constantin Elia, cordonnier, 35 ans, marié. Nicolas Emma-
nuel, menuisier, 30 ans, célibataire. Jean Kioutsoukis, 50 ans,
marié. Dimitri Ioannou, épicier 60 ans, marié.

Personnes disparues.

Sterghios Savva avec sa sœur et ses fils. Elie Constantin
avec son frère, sa femme et ses trois enfants. La femme
Chrysso avec son fils Antoine et sa belle-fille Vassiliki. Smi-
lianis avec sa femme Soultana et ses quatre enfants. Arghyrios
Athanassiou avec sa femme Cathérine Théodore. Angheloussi
avec sa femme et ses trois enfants. Philippe Ioannou avec sa
femme et ses trois enfants. Philippe Ioannou avec sa femme
et ses quatre enfants.

Le nombre total des tués, blessés et disparus s'élève à 104.
Dressé à Démir-Hissar le 1/14 Juillet 1913.

(Signé) Le prêtre Papaconstantin Anghelou
Le Secrétaire G. Stivaros

Les Démogérontes
Anastase C. Poungouras, Christos Vassiliou,
Démètre Théodoridès, C. Papacharizano

Le N° de Y Illustration du 2 Août contient de nom-
breuses photographies de Démir-Hissar et des victimes
ayant survécu, entre autres celle de quatre des quarante-
deux jeunes filles outragées par les Bulgares.

Ces photographies sont accompagnées du récit suivant,
signé L. Leune:

«Nous passons par Démir-Hissar, délicieuse petite ville bâtie
sur la colline, avec son pont couché sur les rochers, et ses



36



cyprès au rêve t;urc. Des femmes, des enfants vont et viennent,
des loques humaines, avec des figures de grande douleur et
de grand désespoir. Un blessé se promène par les rues. Il a
eu une aventure étrange. Avant de fuir, les Bulgares ont fait
battre le tambour, ce qui, en tout pays, annonce aux habitants
une communication importante. Ceux de Démir-Hissar sortent
donc en masse. Les soldats saisissent le métropolite, les
prêtres, les notables, 110 hommes en tout, et les conduisent
à l'école bulgare. Dans la cour, un immense trou, fraîchement
creusé. On les fait asseoir autour. Les pauvres gens com-
prennent que le grand trou va être leur tombe. Ils sont là qui
le regardent, et ils sourient comme des martyrs. Ils vont par-
tir pour commencer la grande vie, celle que le temps n'achève
pas. Ils verront de là haut l'armée hellénique victorieuse
prendre possession de la terre qu'ils ont défendue pendant
leur courte vie terrestre, qu'ils ont conservée grecque. Et ce
sera leur œuvre.

»La baïonnette bulgare fonce et s'enfonce, dans une fureur
de bête fauve. Un coup de baïonnette enlève la barbe du mé-
tropolite, avec le menton. Un autre fait voler les yeux. Un
autre arrête la vie du cœur. Des doigts, des bras, des pieds
sont arrachés, jetés pêle-mêle. Elle hache, la baïonnette bul-
gare! Et ce hachis humain, ces masses qui n'ont plus de
forme, les Bulgares les regardent. Ils ricanent, ils se redres-
sent . . . Comme ils sont braves, les soldats du roi Ferdinand,
les «Japonais de l'Europe», les «Prussiens des Balkans»!...

»Mais voici l'armée grecque! . . . Les cadavres restent, les
assassins s'enfuient. Et le blessé reconte: «Après la première
blessure, j'ai fait le mort. Quand ils sont partis, je me suis
levé: Les soldats grecs étaient là».

Une petite ville ne se relève pas facilement d'un pareil
désastre. A preuve le tableau que donne de Démir-Hissar
M r Georges Bourdon, qui y a passé trois semaines entières
après la boucherie du 7 Juillet (cf. le Figaro du 4 Août):
Voici le texte de la dépêche de M r Bourdon :



37



Salonique, 2 Août
«En revenant du quartier général de Livanovo, olympe
d'un état -major absorbé, j'ai fait une visite à la cité de la
mort; c'est Démir-Hissar que je veux dire.

»Démir- Hissar est, au nord -ouest de Serrés une char-
mante petite ville turque, tapie dans la verdure au bas de la
montagne rocheuse qui la fait ressembler à un bosquet posé
au pied d'un mur; dominée au sommet de la paroi grise par
un vieux fort démantelé, traversée par une rivière qui, à
cette époque, ne montre qu'un lit desséché de cailloux blancs
et qui possède un pont en dos d'âne; un gentil café construit
sur pilotis et ouvert aux quatre vents; des fontaines chan-
tantes; devant ses mosquées, des arbres vieux comme Maho-
met; au milieu de ses rues, des pavés pointus et de petites
boutiques, larges comme une plate -forme de tramway, où
naguère se tenaient accroupis de lointains marchands égre-
nant entre leurs doigts les boules luisantes de leurs chapelets
d'ambre. Des Turcs assis sur leur talons, derrière leurs paniers
de fruits, attendent impossiblement la clientèle; on cherche,
sous le ciel de turquoise, la ligne bleue du Bosphore ou la
petite vague de la mer de Marmara. Je me crois revenu à
Brousse et là je pense retrouver un peu de la grâce alanguie
et mystérieuse des hauts quartiers de Scutari. Mais dans cet
éblouissant après-midi, il n'y a sur la ville que du silence et
du deuil et elle semble une veuve immobile qui, n'ayant
même plus la force de pleurer, est rentrée en elle-même.

»Les rares habitants rencontrés sur notre passage, Turcs
la plupart, se lèvent en hâte et la main au fez ou au cha-
peau, saluent avec déférence, car ils voient passer de bril-
lants officiers grecs aux aiguillettes d'or, qui sont les aides
de camp du roi ou des princes et qui me guident à travers
la ville. Mais qu'ils sont rares! Ces rues semblent vidées de
la matière humaine qui leur donnait la vie; les petites bou-
tiques abandonnées, nettoyées et nettes, les pavés déserts, de
grandes maisons sans un être vivant et de vastes cours n'ont
même plus une poule. Quel cataclysme a donc soudain
pompé les habitants de ce bourg charmant? Ce n'est ni l'in-
cendie, ni la lave, ni le tremblement de terre, car les mai-



38



sons sont intactes. Les Bulgares ont passé par là. Les sabres,
les baïonnettes et les couteaux s'en donnèrent furieusement,
et c'est cette fois que Démir-Hissar connut la vérité de son
vieux nom turc: la forteresse de fer. Turcs et Grecs, bien
qu'inégaux en nombre, furent également éprouvés, mais bien
des Grecs durent cependant la vie à des Turcs compatissants
et ils le confessent avec gratitude.

»En différents endroits, sur la terre où furent enfouis
des cadavres, des mains pieuses ont apporté une pierre, une
brique, deux morceaux de bois en croix, et parfois des cierges
y brûlent. Il n'y a rien d'émouvant comme ces humbles signes
de la douleur et du deuil; ils ne portent point de noms,
ils sont anonymes; c'est comme une plainte humaine qui
doucement et discrètement s'exhale, mais elle bouleverse les
cœurs et emplit le ciel.

»A Nigrita, à Doïran, à Stroumnitza, mêmes violences.
A Sérrès, c'est la destruction barbare. Les trois quarts de la
ville systématiquement incendiés, avec une méthode et une
science qui en font un beau travail. Quatre mille maisons
brûlées, puis des églises, des mosquées. Quarante mille habi-
tants qui fuient dans la plaine.

»Tant de massacres, d'incendies et de pillages n'ont abouti
qu'à exaspérer Pâme grecque et au prodigieux élan qui, trois
semaines durant, a porté en avant l'armée du roi Constantin
qui s'est nourrie au jour le jour du récit de tant d'horreurs.
Cet élan fut irrésistible parce que chaque homme portait en
soi la volonté violente de vaincre.

»Je supplie que l'on voie ici autre chose que ces mots
vides dont il est d'usage de décorer les exploits des athlètes
triomphants. Ils expriment des réalités profondes, l'état d'es-
prit de cette armée encore si inexpérimentée, mais en qui
l'héroïsme a tenu lieu de toutes les qualités. Il y a en elle
du religieux et du divin. J'imagine que nos grandes armées
révolutionnaires ne brûlaient pas d'une foi plus épurée, ni
d'une plus âpre énergie dans l'abnégation et le sacrifice.
Dans celle-ci, comme dans les nôtres, il y a du snblime, et
c'est un spectacle assez rare pour que l'on s'arrête au passage.

» Je sais que je ne serai pas cru ou que je ne serai cru



39



qu'à demi et qu'il y aura des gens pour sourire "quand on
leur parlera d'héroïsme et de prodiges. N'importe, je suis un
témoin qui regarde, écoute et raconte, et je ne serai démenti
par aucun des correspondants de journaux, par aucun des
témoins qui comme moi ont écouté et regardé.»

Les massacres et la destruction de Doxato.

Doxato, centre de production et d'industrie de tabac,
était la plus riche des bourgades macédoniennes. Il n'en
reste actuellement que l'église, sauvée par miracle, et
quelques familles cachées parmi les ruines.

MM. Puaux et Magrini ont visité Doxato au lende-
main de la catastrophe. M. le commodore Cardale qui se
trouvait à Cavalla s'y rendit également. Nous reproduisons
ici tels quels leurs témoignages, et nous y joignons celui
de M. Vladimir Tordoff, rédacteur du journal Outro Ros-
sijé de Moscou.

Témoignage de M. Puaux}

«J'ai passé toute la matinée du lendemain à Doxato, à
dix kilomètres au sud de Drama, et j'ai eu la bonne fortune
de rencontrer des témoins impartiaux: deux Français, M. et
Mlle Valette, qui m'ont fait un récit minutieux des événe-
ments qui ont abouti à l'incendie complet de cette forte et
riche bourgade et à la mort d'un millier de ses habitants.

» Les Bulgares, m'out-ils dit, ont pris prétexte du fait que
des francs-tireurs avaient, du village, tiré sur quelques retar-
dataires de l'armée de Cavalla, quatre cavaliers et trois fan-
tassins, le matin et deux fantassins, dans l'après-midi, sans
d'ailleurs les atteindre, pour infliger un châtiment à Doxato.
Ils vinrent le dimanche matin 13, et à six heures du matin
ils cernaient notre ferme, en prétendant arrêter mon drog-
man, mon garde et un employé, tous les trois Grecs. Je mon-
trai le drapeau français et me rendant auprès du comman-
dant, qui était à deux cents mètres de là, je protestai contre

1 Voyez le Temps du 21 Juillet 1913.



40



les arrestations. On finit par me donner raison mais on plaça
deux sentinelles à la porte de ma ferme. L'ordre d'attaque
fut alors donné et l'infanterie, en tirailleurs dans les champs,
ainsi que quatre canons ouvrirent le feu sur Doxato. Une
demi-heure après les premières maisons flambaient Vers midi
et demi la fusillade cessa; à ce moment deux cavaliers bul-
gares vinrent relever les sentinelles qui étaient restées au
tchiflick et s'adressant aux Tziganes, mes employés au nombre
d'une centaine et à d'autres qui s'étaient réfugiés chez
moi, ils leur crièrent: «Allez donc à Doxato, le pillage y est
bon.» Pendant ce temps les sentinelles et les cavaliers me
déclaraient qu'ils avaient l'ordre de conduire mes employés
grecs à Drama. Je fis alors atteler deux voitures et partis
avec eux. A Drama je trouvai M. Dobref, très pâle: «Ah!
» monsieur Valette, c'est un grand malheur, me dit-il. Je vais
» aller là-bas pour porter secours aux victimes et faire enter-
» rer les morts. C'est un grand, très grand malheur!» M. Do-
bref partit et à trois heures et demie, avec M. Bachivakof,
sous-préfet, le caïmakan de Doxato et le président de la mu-
nicipalité de Drama, ils firent enterrer les cadavres les plus
apparents, puis revinrent à Drama. Quant à mes employés
grecs on me les rendit sans grande difficulté.

» Le lundi matin, la ville brûlait toujours, et j'avais chez
moi de nombreuses familles de réfugiés qui n'osaient pas
sortir. J'ai envoyé de mes hommes à Bounar-Bachir faire
moudre du blé, et j'ai fait cuire dans de grands chaudronsun
repas pour tous ces pauvres diables. Les troupes grecques
sont arrivées avant -hier. Je dois vous dire que la popu-
lation était depuis une semaine assez nerveuse, car le diman-
che précédent les Bulgares avaient arrêté les notables, et le
vendredi et le samedi il y avait eu de petits combats aux
alentours de Doxato entre volontaires bulgares et grecs. Si
quelques retardataires de l'armée régulière bulgare ont essuyé
quelques coups de feu, ce n'est pas une raison pour incendier
toute une ville, la piller et faire un millier de victimes, dont
des femmes et des enfants.»

Tel est le récit de M. Valette, confirmé par sa fille. Ils
seront parmi les principaux témoins qu'aura à entendre la



41



commission française d'enquête qui va se rendre sur les lieux
à la demande de M. Poincaré en réponse au télégramme de
protestation du roi Constantin.

Il est un fait certain : c'est qu'avant d'être tués, beaucoup
de paysans ont été dépouillés. Quand j'ai été pour photogra-
phier un fort groupe de ces malheureux massacrés 1 que les
cavaliers bulgares avaient fait sortir à cinq cents mètres de
la ville pour les exécuter, j'ai trouvé à côté des cadavres en
putréfaction une bourse vide, et deux hommes qui apparte-
naient à ce groupe et qui avaient réussi à échapper en ram-
pant dans les champs et à gagner le tchiflick de M. Valette,
lui ont rapporté que les Bulgares avaient obligé leurs vic-
times à leur remettre tout ce qu'elles avaient sur elles avant
de leur brûler la cervelle.

La ville, qui était coquette et riche, n'est plus qu'un mon-
ceau de cendres. Sur la place centrale, qui devait être, il y a
encore quelques jours, un de ces charmants coins ombragés
d'Orient où l'on cause dans la fraîcheur du soir, un groupe
de trois vieilles femmes attire notre attention. L'une d'elles,
qui pleure avec des gémissements, n'a plus rien au monde;
toute sa famille a été tuée et sa maison détruite; les deux
autres cherchent à la consoler; celles-là n'ont eu que leurs
mari et fils massacrés, et très simplement elles disent: «Ils
sont morts pour la patrie grecque».

Témoignage de M. Magrini.

M. Magrini a fait lui son enquête avec M. Georges
Buffetti, le personnalité italienne la plus marquante du
district de Cavalla, il décrit les choses comme suit (cf. le
Secolo du 26 Juillet):

«Samedi soir, les soldats bulgares placèrent à une centaine
de mètres du village 4 canons de campagne, et dimanche
matin ils commencèrent le bombardement de Doxato. Les ha-
bitants, ayant réuni tout l'argent liquide dont ils disposaient,
prirent la fuite soit dans la direction de Cavalla, soit, suivant

1 Les photographies de M. Puaux ont paru dans L' Illustration du 2 Août.



42



le lit desséché d'un torrent, vers la montagne. Quelques cen-
taines s'enfermèrent dans les maisons. La cavalerie bulgare
fit une apparition imprévue poursuivant les fuyards, tandis que
400 soldats bulgares la baïonnette au canon pénétraient dans
la ville, suivis de deux voitures chargées de bidons de pé-
trole. La cavalerie composée de 1 20 cavaliers divisés en deux
pelotons, commandés respectivement par les chefs d'escadron
Birnef et Symeonof, attaquaient hommes, femmes et enfants
à coup de sabre. Les fantassins dépouillaient et achevaient
les victimes. On raconte des actes de sauvagerie inouïe.

»Le massacre dura jusqu'à cinq heures de l'après-midi, et
une trentaine de musulmans y participèrent, engagés par les
Bulgares, qui leur affirmèrent que Turcs et Bulgares s'étaient
alliés contre la Grèce.

» Outre les majors Syméonof et Birnef, de nombreux témoi-
gnages de survivants concordent sur la participation active
aux massacres d'autres officiers et fonctionnaires bulgares
à savoir: Athanase Pristef, chef de la police à Doxato, Jean
Borof, Vakef, juge de paix, et Karakof.

»Comme, notre enquête terminée, nous abandonnions Do-
xato, un homme à la face convulsée se précipita sur nous
nous demandant un morceau de pain. M. Buffetti le reconnut
pour un marchand de tabac millionnaire; il le prit dans notre
voiture et nous le conduisîmes à Drama. Sa famille avait été
massacrée et ses maisons détruites».

Témoignage du commodore Carda le.

M. le commodore Cardale, de la marine royale britan-
nique, a fait à M. Stevens, correspondant du Daily
Télégraphe des déclarations que celui-ci a résumées
comme suit:

«Le commodore Cardale se trouvait à Cavalla; ayant appris
les horreurs commises par les troupes bulgares à Doxato, il
se rendit à cette localité. Il m'a fourni la description sui-



1 Voyez le N° du 24 Juillet.



43

vante de ce que ses yeux avaient vu sur la scène des
massacres :

»A l'entrée de la ville la première chose qu'il rencontra
étaient des troupeaux de chiens se nourissant de chair hu-
maine. La ville, complètement brûlée, paraissait être déserte
et il fallut beaucoup crier avant que quelques femmes sor-
tissent des ruines.

» Quelques jours s'étaient écoulés depuis les massacres; la
plupart des cadavres tombés dans les rues avaient été enle-
vés, mais beaucoup d'entre eux, faute de fossoyeurs, avaient
été concentrés à l'entrée du village, chose qui explique l'hor-
rible spectacle mentionné plus haut

»Dans une cour une grand nombre de femmes et enfants
avaient été massacrés. Ils se montaient à cent- vingt d'après
les témoignages des survivants. Les corps de trente d'entre
eux étaient encore là quand le commodore visita l'endroit
Tous les corps avaient été percés à coups de baïonnette et
portaient des traces d'incroyables mutilations. Les murs
étaient souillés de sang à une hauteur de six pieds du sol,
chose qui s'explique, selon les dires des survivants, par ce
fait que les victimes n'étaient pas immédiatement tuées mais
mises lentement à mort à coups de baïonnette.

»Dans un coin de la cour se trouvaient l'un contre l'autre
les corps de six petits enfants.

»Un autre groupe de femmes et d'enfants avait été réuni
dans la cour d'un riche turc. Avant qu'on ait eu le temps de
les achever quelques uns s'échappèrent à travers le cordon
de soldats et se sauvèrent dans les étages supérieurs de la
maison, cherchant leur salut sous les tapis et les divans. Le
commodore Cardale vit ces tapis et ces divans percés à coup
de sabre et les murs couverts de sang et de lambeaux de
chair humaine. Dans une chambre se trouvait une cheminée,
dans le tuyau de laquelle avait été tuée une petite fille de sept
ans, qui avait essayé de s'échapper par cette issue. Sur le corps
de la victime, Cardale compta quatre coups de baïonnette.

»Dans une autre chambre on lui montra le mur encore
couvert de sang où une femme et son enfant avait été cruci-
fiés. Les traces que les corps avaient laissées étaient parfai-



44



tement visibles, comme aussi les trous où on avait fixé les
clous passés à travers les mains et les pieds des suppliciés.

»Le commodore Cardale trouva à travers la ville près de
600 cadavres, la plupart de femmes et d'enfants. Il vérifia
aussi l'histoire suivante, montrant comment les préceptes du
christianisme sont entendus par les Bulgares qui se disent
chrétiens :

»Trente Grecs et un Turc cherchèrent refuge dans l'église
grecque. Une escouade de soldats entra dans l'église. Ils di-
rent aux Grecs que s'ils les avaient trouvés ailleurs ils les
auraient tous tués, mais comme ils étaient chrétiens et qu'ils
se trouvaient dans une église chrétienne ils auraient la vie
sauve, mais le Turc, lui devait mourir. De fait il le tuèrent
aussitôt sur le pied de l'autel.

»Le commodore Cardale me montre ausi plusieurs photo-
graphies qu'il prit lui-même à Doxato et les plaça à ma dis-
position si je voulais les faire publier en Angleterre 1 .

Interrogé par M. A. Andréadès, professeur à la faculté
de droit d'Athènes, le commodore Cardale déclara que le
correspondant du Daily Telegraph avait bien reproduit
dans ses parties essentielles le récit qu'il lui avait fait; il
croit cependant devon ajouter qu'il est impossible de fixer
avec précision le nombre de morts; il est arrivé à la con-
clusion que celui-ci ne devait pas être inférieur à six cent
en comptant les tombes, les cadavres et les restes humains
qu'on trouve partout.

Le commodore a même vu de cadavres à cinq cent
mètres delà ville; c'étaient les fuyards sabrés par la cava-
lerie bulgare. 2 Le commodore Cardale ajouta aussi que

1 Elles ont été publiées dans Y Illustrated Loondon News du 9 Août.

2 Le capitaine Trappman télégraphiant, après une enquête sur place, au
Daily Telegraph, disait: «La commission française d'enquête trouvera
d'amples preuves que la cavalerie bulgare pourchassait les infortunés vil-
lageois pendant plusieurs kilomètres, les tuant ou les blessant, tandis que
l'infanterie achevait l'œuvre de destruction». Toute la dépêche du capi-
taine Trappman est d'ailleurs à lire (Voyez le Daily Telegraph du 24 Juillet).



45



tous les témoignages concordent sur la participation d'offi-
ciers et même d'officiers supérieurs, aux massacres. Il con-
firme aussi le détail que des Turcs et des Tziganes ont été
employés à l'œuvre de destruction et du pillage de la ri-
chissime bourgade.

A défaut d'armes ces auxiliaires de la dernière heure
(on a eu recours à eux l'après-midi, peut-être pour aller
plus vite) se servaient de bâtons et d'instruments agrico-
les, ce qui a rendu encore plus horrible la fin des victimes.

Témoignage de M. Vladimir Tordoff.

M. Vladimir Tordoff a résumé lui-même en français
les correspondances qu'il a adressé en russe à Y Outro
Rossijé de Moscou. Ce résumé a été publié par la Liberté
de Salonique (N° du 20 Juillet); en voici le texte:

«C'est le 2 Juillet v. s., vers minuit, que le quartier géné-
ral grec de Hadji - Beylik reçut la nouvelle des atrocités
commises pas les Bulgares à Doxato. Je revenais du champ
de bataille de Stroumnitza que je venais de visiter en auto-
mobile militaire. Quoiqu'accablé de fatigue, je priais quelques
confrères, M. Puaux du «Temps» et M. Mavroudis, corres-
pondant des «Débats», d'intervenir auprès des autorités mili-
taires, afin de nous faciliter le voyage à Doxato, en mettant
à notre disposition quelque véhicule.

» L'état -major hellénique s'empressa de donner une suite
favorable à notre demande, et à Paube du 3 Juillet, nous
pûmes partir pour Doxato. Il était quatre heures du matin et
nous n'avions pris qu'un maigre repos de trois heures.

» Après avoir passé à pied le pont de la Strouma, nous
fîmes la rencontre d'un certain nombre de grands camions
transportant des vivres et des blessés. Là, un officier parlant
parfaitement le russe, mit, à notre disposition conformé-
ment aux instructions de ses supérieurs, une auto dirigée par
deux chauffeurs très expérimentés et très braves garçons.



46



L'un d'eux était un volontaire venu expressément d'Amérique
pour prendre part à la campagne.

»Le voyage à Doxato a été des plus pénibles et des plus
harassants: nous avons été obligés, à diverses reprises, de
traverser des ruisseaux, d'improviser de petites passerelles
avec des branches d'arbres et de pierres, de tirer nous-mêmes
l'automobile, etc. etc.

»Quand nous arrivâmes à Démir- Hissar, il était 9 heures
du matin. Un groupe de notables, les mines navrées, arrêta
notre véhicule en criant que nous devions aller voir les
cadavres des martyrs, victimes des Bulgares. Les cadavres
étaient exposés dans la cour d'une maison, au milieu de
laquelle s'élevait un beau platane autour duquel s'ébattaient
de jeunes filles turques aux costumes pittoresques. A peine
eûmes nous fait quelques pas qu'une odeur nauséabonde nous
contraignit à boucher nos narines. Les nombreux cadavres
exposés étaient déjà en état de décomposition avancée. Le
spectacle d'un groupe de femmes en pleurs, les mains levées
au ciel, près de la cour, nous impressionna profondément.

M. Tardoff résume ensuite ses impressions sur Serrés
incendié, sur certains villages du district qui avaient eu
le même sort ainsi que sur Zlakhovo où il vit une femme
dont les filles avaient été violées et le mari tué par les
soldats bulgares auxquels elle offrait l'hospitalité. Puis
M. Tordoff continue sa narration comme suit:

» A Drama, nous avons trouvé la population en pleine
allégresse; elle fêtait avec enthousiasme l'entrée des troupes
helléniques, qui avait eu lieu la veille, au milieu du soulage-
ment général.

» A une dizaine de kilomètres de Drama, nous nous trou-
vâmes en présence des ruines de Doxato. Cette localité pros-
père a été incendiée par les Bulgares sous prétexte que les
francs - tireurs grecs avaient tué quelques soldats réguliers
bulgares, près de Doxato, lors de leur retraite de Cavalla.
Les bulgares bombardèrent la ville pendant trois heures,
avec l'aide de cinq canons placés sur les hauteurs, provo-



47



quant des incendies sur divers points. Non contents de celà,
les Bulgares avaient invité des Tsiganes à prendre part
aux pillages et au massacre des Grecs. Les carnages com-
mis par les Bulgares furent épouvantables. Des centaines de
citoyens innocents furent égorgés. Les rapines prirent aussi
des dimensions effrayantes. Sur le pavé, parmi les débris des
maisons, nous avons vu des coffres-forts forcés, des machi-
nes à coudre brisées, etc, etc. Des femmes pleuraient et se
tordaient les mains de désespoir. J'ai vu de mes propres
yeux des enfants blessés à coups de baïonnette. J'ai vu une
vieille femme qui avait perdu tous ses biens et qui se lamen-
tait pitoyablement sur ses cinq enfants dont elle ignorait le
sort. Un prêtre grec avait été transpercé d'un coup de baïon-
nette, près de la porte de l'église. Dans différents endroits,
nous rencontrâmes des groupes compacts de cadavres expo-
sés aux ardeurs du soleil, puis d'autres cadavres à moitié
enterrés et dont le tête, le bras ou la jambe émergeaient
sinistrement du sol.

» La moitié de la population de Doxato a disparu sans
laisser de traces.

» Ces divres spectacles navrants m'ont douloureusement
impressionné. Pendant tout le voyage de Hadji-Beylik à Do-
xato, je ressentais une honte cruelle que ces sauvageries
sans nom eussent été commises par des Slaves.»

Cavalla et Drama.

Les habitants de Cavalla et Drama connurent pendant
les derniers mois une oppression dont il est difficile de
donner en quelques mots une idée, 1 mais du moins ces
villes ignorèrent-elles les massacres et les incendies.

Cavalla ne fut sauvée que grâce à une manœuvre très

1 Voyez pour les détails le long article de M. Gaston Deschamps, témoin
oculaire, dans le Temps (N° du 22 Juillet), l'article de M. Magrini dans le
Secolo du 18 Juillet, qui contient aussi un interview avec M. Protopapas,
maire de Cavalla, enfin pour Drama la correspondance de M. Puaux dans
le Temps N° du 21 Juillet et de M. Mavroudi, dans le Journal des Débats du
24 Juillet.



48



habile de Partirai Coundouriotis. 1 Les Bulgares croyant
qu'ils allaient être cernés abandonnèrent la ville en toute
hâte; ils eurent cependant le temps d'enlever comme otages
l'évêque Athanase, le secrétaire de l'évêché, deux méde-
cins, le directeur de l'école grecque, le drogman du consu-
lat de Grèce, le drogman honoraire du consulat de France
et les principales notabilités grecques de la ville. 2

Même chose se passa à Pravi, bourgade sise au nord-
ouest de Cavalla, 3 à Chari-Chaban et ailleurs.

La riche bourgade d'Alistrati a été sauvée grâce à la
rapide avance de l'armée grecque arrivée à temps pour
éteindre un commencement d'incendie. C'est aussi à la

1 M. Deschamps, qui se trouvant à l'île de Thasos, en face de Cavalla,
décrit cette manœuvre dans tous ses détails, la qualifie «de stratagème que
Thémistocle navarque des Athéniens eut approuvé» (cf. dans le Temps l'ar-
ticle précité).

- Voici la liste énumérative des victimes :

1 L'évêque de Cavalla Athanase, 2 P. Lékos drogman du consulat de
Grèce, 3 P. Candiotis sujet hellène, directeur de la succursale de la Banque
d'Athènes, 4 A. Charissiadis négociant, 5 docteur Poulidis, représentant du
service sanitaire international, o M. Kolokythas négociant, drogman hono-
raire du consulat de France, 7 docteur Conoplidis, 8 Th. Vratzouhas repré-
sentant de la maison Moraïtis et C ie de Manchester, 9 Boulgaridis marchand
de tabacs, sujet hellène, 10 C. Ioannou marchand de tabacs, sujet hellène,
11 A. Alexopoidos marchand de tabac, sujet hellène, 12 A. Zorbas directeur
du journal Swiaïa, 1 3 A. Natzos sujet hellène, comptable à la Banque d'Athè-
nes, 14 Th. Pantazis commissionnaire, 15 M. Papadopoulos, secrétaire de
l'archevêché hellénique, 16 I. Yattzos, 17 Th. Valimédis, 18 P. Zoulas, 19 D.
Tamintzikis, 20 S. Phessas, 21 C. Phessas, 22 A.Vassiliadis, 23 D. Economou,
24 G. Antoniadès, 25 A. Papadopoulos, 26 J. Zorbas et 27 C. Striminghis.

Le gouvernement hellénique a immédiatement communiqué cette liste
aux légations de Grèce à l'étranger avec l'ordre de protester contre cette
violation de toutes les règles du droit international et de demander pro-
tection de la vie des Hellènes emmenés par les Bulgares.

3 Voici les noms des Praviotes enlevés par les Bulgares :

Le révérend Econome Papanicolaou, Constantin Emmanuelidès, Doufis
Emmanuelidès, K. Likidès, P. Likidès, Georges Karageorges, Epaminondas
Hadjisterghiou, Comninos Hadjisterghiou, Constantin Fanitsas, Nicolas
Tascos, Sterios Joannis, Démètre Ragas, Démètre Lambros et Christo-
dule Mousténiotis.



49



marche rapide de la VII e division que les sources officielles
grecques attribuent le salut de Drama. Selon M. Puaux,
au contraire, « Drama a relativement peu souffert, grâce au
sang froid et à l'humanité des deux principaux fonction-
naires bulgares, le colonel Guezof et le préfet Dobref». 1

Nous nous inclinons devant le témoignage de M. Réné
Puaux, et en rendant hommage aux deux fonctionnaires
bulgares précités nous ne pouvons pas nous empêcher de
remarquer que l'efficacité de leur intervention est une
preuve supplémentaire de la terrible responsabilité qui
pèse sur tous leurs collègues dans le reste de la Macédoine.

VII

ATTENTATS CONTRE LE CLERGÉ, LE PERSONNEL ENSEIGNANT,
LES ÉCOLES ET LES MONUMENTS HISTORIQUES

Parmi tant de crimes également épouvantables, il
en est quelques uns auxquels les Universités Athéniennes
ne pouvaient être que particulièrement sensibles.

Vous avez vous même du relever les odieux attentats
dirigés contre les hauts prélats macédoniens et le nombre
considérable de prêtres tombés victimes de leur fidélité à
leur foi. Les violences subies par tant de professeurs et
d'instituteurs n'ont pas manqué sans doute de provoquer
votre indignation.

Quelques lignes empruntées à une correspondance de
M. Georges Bourdon permettent d'imaginer ce qu'a dû
être l'affreuse mort du professeur Papapavlos, docteur - ès -
lettres et helléniste des plus distingués, qui, après des
études les plus brillantes aux Universités d'Athènes et de
Leipzig, était revenu en Macédoine sa patrie et occupait
le poste de directeur du gymnase de Serrés.

1 Voyez le Temps du 21 Juillet.

4



50



«On nous avait dit écrit M. Bourdon {Figaro, n° du 24
Juillet): «Vous trouverez près d'un champ de maïs les cada-
vres de quelques-uns des otages de Serrés.» Nous cherchâ-
mes longtemps. Enfin l'un de nous fit: «Nous approchons.»
Une acre odeur de putréfaction nous saisit aux narines, cette
odeur chaude, pénétrante, persistante et ignoble à faire dé-
faillir, de fermentation de chairs, dont j'ai déjà éprouvé à
Casablanca l'atroce nausée. Elle- nous guide; nous découvrî-
mes un cadavre, puis un deuxième, puis un autre, en tout
sept. Le premier est éloigné du second de deux cent mètres,
et trois cent mètres séparent celui-ci des quatre autres, dis-
posés presque parallèlement à quelques mètres de distance,
le dernier est sur un talus à une quinzaine de mètres. Celui-ci
a trébuché sans doute; il perdu sa chaussure et n'est tombé
que deux mètres plus loin ; cet autre, frappé dans le dos, est
tombé sur la face et tout son corps est déjà à demi enfoncé
sous la coulée des pluies dans la terre d'un champ. Un
troisième a reçu sur le crâne un terrible coup de fusil,
asséné avec une telle force que la crosse brisée a été lancée
à un mètre de lui, et, un peu plus loin, dans un buisson,
nous retrouvons le fusil, auquel s'adapte exactement la crosse,
couvert de sang coagulé auquel adhèrent les cheveux; il est
encore chargé de ses cinq balles.

» Près d'un autre cadavre, nous trouvons aussi une crosse
brisée, mais l'assassin, sans doute, a remporté son fusil. Un
cinquième, couché en croix sur le dos, les mains et les doigts
crispés dans le sol, montre un visage noir, une bouche ou-
verte qui semble hurler encore d'épouvante. Il me rappelle
ces deux cadavres pétrifiés que l'on voit à Pompéi : membres
tordus et bouches ouvertes, comme s'ils n'avaient pas cessé,
à travers les siècles, de crier sous la morsure de la lave.

» Ayant souci de ménager la sensibilité de ceux qui me
lisent, je n'insisterai pas davantage sur l'horreur de ce spec-
tacle. Je ne vous dirai rien de la volonté qu'il nous a fallu
pour poursuivre, le nez bouché et les yeux glacés d'horreur,
notre sinistre reconnaissance, mais il était nécessaire qu'elle
fût accomplie.

» Nous avons photographié ces affreux débris et ces pho-



51

tographies seront publiées l . On saura que ce sont là, entre
autres, des victimes d'une armée régulière et non de comi-
tadjis que l'on désavoue. Car ces notables de Serrés furent
les prisonniers de l'armée, emmenés par l'armée en retraite.
Et les malheureux que nous avons devant nous n'étaient pas
des paysans delà contrée où nous les retrouvions, c'étaient des
gens de la ville, bien habillés, avec des costumes de drap ou
de serge, des bottines neuves, des chaussettes, des chapeaux,
enfin des messieurs. Et ils sont bien de Serrés, car trois d'en-
tre eux purent être reconnus et identifiés».

L'une des trois victimes était le professeur Papapavlos,
les deux autres: le docteur Chryssafis, le meilleur médecin
de Serrés, et M r Stamoulis, directeur de la succursale de
la Banque d'Orient.

Il faut cependant, pour se faire une idée un peu com-
plète de tout ce qu'ont souffert, en Macédoine et en Thrace,
l'Eglise et l'enseignement grecs consulter les rapports
officiels des évêques, que publie «l'Ecclésiastiké Alitheia»,
organe officiel du patriarcat œcuménique.

La publication de ces rapports, qui se poursuit depuis
le 28 Juin, 2 est loin d'être terminée. Il seront sans doute
traduits en français et le monde civilisé pourra alors
apprendre comment en plein XX e siècle furent organisées
des persécutions rappellant les temps les plus sombres
des luttes réligieuses.

Nous ne voulons en retenir que le cas d' Eurydice
Papa- Apostolou, l'institutrice de Pravi, qui, violée par les
soldats bulgares, a perdu la raison. 3 Il convient aussi de
mentionner le fait, presque partout constaté dans la Macé-

1 Elles l'ont été, en effet, dans \ Illustration (n° du 2 Août).
' 2 Voyez les n os 23 à 27 de l'Ecclésiastiké Alitheia.

8 Voyez le rapport de l'évéque d'Élefteroupolis dans l'Ecclésiastiké Ali-
theia du 28 Juin. Cette jeune fille est actuellement soignée à l'hospice des
aliénés de Dafni, près Athènes.



52



doine et la Thrace, des écoles grecques transformées en
hôpitaux, "casernes ou écuries afin que sous couleur de
réquisition militaire, l'enseignement du grec fut partout
suspendu. On se préparait à assimiler ainsi les Grecs de
Macédoine et de Thrace aux Grecs de Roumélie- Orien-
tale à qui, en dépit du traité de Berlin et autres actes
complémentaires, on a enlevé toutes leurs églises et toutes
leurs écoles, et qu'on a forcé à fréquenter les écoles
bulgares.

Le monde savant sera aussi choqué par les vanda-
lismes contre les reliques de l'antiquité et du moyen âge.

Les rapports des évêques contiennent de nombreuses
preuves de nos dires. 1 On y relèvera à côté de l'enlève-
ment de beaucoup d'objets anciens, la disparition ou la
destruction de nombre d'inscriptions.

Cette rage contre les inscriptions s'est manifestée par-
tout; elle s'explique en partie par la crainte que les in-
scriptions grecques ne constituent des titres historiques.
Il appert en effet d'une lettre 2 du docteur Economos,
éphore des antiquités en Macédoine, à notre collègue le
professeur Sp. Lambros, que les bulgares d'Ostrovon dé-
truisirent une inscription quand ils surent qu'elle mention-
nait un certain Alexandre, qu'ils ont pris pour Alexandre
le Grand.

Mais ces vandalismes ou plutôt ces èu/garismes sont peu
de chose en comparaison de la violation à Sélyvria, par
l'officier bulgare Kaptsef, de la tombe considérée comme
celle de Basile le tueur des Bulgares, et surtout des consé-



1 Voyez, entre autres, les rapports des évêques d'Heraclée, Ganos, et
Derkos.

2 En date du 12 Juin.



53



quences de l'incendie de Serrés, au cours duquel, avec
beaucoup d'autres reliques de l'antiquité et du moyen âge,
ont péri l'admirable cathédrale, un des joyaux de l'archi-
tecture byzantine, pleine de souvenirs sans prix, les col-
lections d'antiquités conservées à la métropole ou à l'hôpi-
tal, les collections de manuscrits de l'évêché et du gymnase,
et vingt et une églises, dont plusieurs étaient anciennes
ou contenaient des inscriptions, des icônes ou des marbres
anciens. 1

VIII

LES RESPONSABILITÉS

Au cours de ce long rapport nous avons eu maintes
fois l'occasion de citer les noms d' officiers et de fonc-
tionnaires bulgares qui ont pris l'initiative des massacres,
pillages et incendies et présidé à leur exécution.

Il s'agit donc bien de crimes officiels, et on cherche-
rait en vain d'en rejeter la responsabilité sur les comitadjis.
Cette vérité, bien établie par les faits, a été hautement
proclamée par les rapports consulaires ou les déclarations
faites par les consuls de Salonique et le commodore Car-
dale. La commission d'enquête envoyée par le gouverne-
ment français aurait abouti aux mêmes conclusions.

En effet, le journal Le Temps, dont les informations
sont toujours puisées aux sources les plus sûres, contient
non pas dans une correspondance mais dans un article émanant



1 On trouvera sur la cathédrale de Serrés, ainsi que sur les inscriptions
et objets d'arts antiques ou médiévaux conservés jusques à hier dans cette
ville, tous les renseignements désirables dans les belles études du profes-
seur Pierre Papageorgiou {Byzantinische Zeitschrift, 1894) et de MM. Per-
drizet et Chesnay {Monuments de l'Académie des Inscriptions, Paris, 1 904).



54



de la reWact/on,\es lignes suivantes (cf. le n° du 4 Août 1 ):

«La situation ///orale de la Bulgarie se trouve aggravée par
V enquête à laquelle vient de procéder le conseiller de la léga-
tion de France à Athènes, M. du Halgouët, dont le mérite et le
caractère sont unanimement respectés. Cette enquête confirme
et précise les accusations portées par le roi Constantin \ .

Mais plus édifiants encore, sont les documents offi-
ciels trouvés le 1 6 Juillet à l'hôtel du gouverneur bulgare
à Serres, et dont voici les principaux:

a) Ordre sub N° 8265, du 21 Juin (n. s.), aux ternies
duquel le gouverneur de Serrés Voulkof ordonnait au
préfet de Drama d'arrêter le métropolite de cette ville
ainsi que les notables sous le prétexte qu'ils excitaient
la population et de les écrouer dans quelque prison en
Bulgarie.

b) L'ordre sub N° 8391, du 21 Juin, adressé par le
chef de l'état-major Commandant Moustakof au gouver-

1 LeTemps du 30 Juillet contenait déjà la dépèche suivante de Salonique :
«M. du Halgouët, premier secrétaire de la légation de France à Athènes,
et le colonel Lépidi, chargés par le gouvernement français de faire une en-
quête sur les massacres et les pillages dont les Bulgares se seraient rendus
coupables, ont visité Serrés, Doxato et Démir-Hissar, où ils se sont livrés à
une étude approfondie.

«Le résultat de cette enquête, qu'ils ont consigné dans un rapport officiel,
concorde absolument avec les conclusions de l'enquête faite antérieurement
par les consuls généraux d'Autriche et d'Italie à Salonique.

«M. du Halgouët affirme que la destruction de Serrés et de Doxato a été
exécutée d'après le même plan et avec une préméditation évidente, non
pas par des comitadjis, mais bien par l'armée régulière bulgare, qui a opéré
conformément à des ordres spéciaux émanant des autorités supérieures.

«L'armée fut secondée dans son œuvre de destruction par les autorités
civiles locales et par les commandants de la gendarmerie et de la police
bulgares, qui tous étaient parfaitement au courant de la situation locale
particulière.

«M. du Halgouët déclare que la présence de plusieurs officiers bulgares
a été constatée au milieu des massacreurs».

Cette dépêche est en tous points confirmée par une longue correspon-
dance M. Gaston Deschamps (cf. le Temps du 7 Août).



55

neur de Serres Voulkof, communiquant une liste des
notables que celui-là devait emprisonner.

c) L'ordre sub N° 8390, du 21 Juin adressé par le
gouverneur de Serres Voulkof au préfet de Stroumnitza,
lui ordonnant d'emprisonner le métropolite de cette ville
dans un monastère en Bulgarie.

d) Une dépêche sub N° 8256 du 21 Juin, adressée par
le premier ministre de Bulgarie M. Danef au gouverneur
militaire de Serrés le conseillant de i r envoyer le métropolite et
les notables devant un Conseil de guerre avant de les faire
emprisonner, afin de justifier leur arrestation.

e) Enfin un dépêche sub N° 8263 du gouverneur
militaire de Serrés, par laquelle celui-ci informait le gé-
néralissime bulgai*e de l'arrestatiou des évêques de Doï-
rau et de Cavalla.

CONCLUSION

Monsieur et très honoré confrère,

Notre exposé, malgré les efforts pour l'abréger, malgré
tant d'atrocités laissées de côté, est beaucoup plus long
que nous n'aurions voulu. Si vous avez eu la patience de
l'étudier dans son entier vous avez dû vous rendre compte
qu'il ne contient pas un seul fait susceptible d'être nié, et
qu'il se base sur des témoignages dont la véracité ne sau-
rait être mise en doute. Mais même en parcourant simple-
ment le présent dossier vous avez dû vous convaincre que
nous n'exagérions pas quand il y a quatre semaines nous
vous avons prié télégraphiquement de flétrir, au nom de
la morale chrétienne et des droits de l'homme, des forfaits
sans précédents dans l'histoire des guerres modernes.

Dans notre dépêche nous exprimions l'espoir que



56



l'opinion publique européenne arriverait à prévenir le
renouvellement des atrocités macédoniennes dans cette
Thrace qu'occupaient encore alors les Bulgares, mais qui
est peuplée presqu' uniquement de Grecs et de Turcs.
Malheureusement, les échos de l'indignation provoquée
dans le monde civilisé par les nouvelles de Macédoine ne
sont pas arrivées jusqu'à Sofia; aussi Dédé-Agatch, Macri,
Gioumouldjina, Xanthi et autres localités thraces ont-elles
été le théâtre d'horreurs qui ne le cèdent en rien à celles
commises en Macédoine.

Cependant, nous n'avons pas jugé que cette triste
déception dut suspendre l'envoi de l'exposé que nous vous
avions annoncé.

La Bulgarie doit en grande partie sa libération aux
massacres de Batak, aux Bulgarian Atrotities si éloquem-
ment dénoncées par Gladstone. A un moment où il est
question, malgré l'issue de la guerre, de laisser sous le
joug bulgare plusieurs centaines de mille Grecs, il n'est
peut-être pas inutile, que le monde civilisé, lequel fut si
justement ému par les atrocités dont les Bulgares tom-
bèrent victimes en 1876, ait une idée plus précise des
atrocités commises par eux-mêmes en 1913. 1

Agréez, Monsieur et cher collègue, l'hommage de ma
très haute considération.

Le recteur de l'Université Nationale
et de l'Université Capodistrienne
THÉODORE ZAÏMIS



1 Comme l'écrit une des plus grandes revues anglaises (la Ninenteenth
Century n° du t te Août 1913 p. 296, article de M r J. W.Ozanne): «L'attaque
des Bulgares contre les districts occupés par les Grecs et les Serbes fut

accompagnée de scènes d'une sauvagerie inouïe, auprès desquelles les atrocités de
Batak, qui ont provoqué jadis un tel frisson d'horreur à travers le monde civilisé,
tombent dans l' insignifiance . . . Les sujets du roi Ferdinand ont établi un record-».



TABLE DES MATIÈRES



Pages

I. AVANT-PROPOS , . . 3—4

II. DÉPÊCHES DU ROI CONSTANTIN ....... 4 — 7

III. LA PÉRIODE ANTÉRIEURE A LA GUERRE . . 7 — 13



(Atrocités commises contre les Turcs et les
Grecs; protestation des correspondants étran-
gers à Sàlonique à la Ligue pour la défense des
droits de l'homme. — Atrocités commises contre
les Serbes.— Les informations de Sofia).

IV. DISTRICTS OCCUPÉS PAR LES BULGARES PEN-
DANT LE DÉBUT DE LA GUERRE 13 — 16

(Nigrita et Yevghéli).

V. ATROCITÉS COMMISES SUR LA RIVE GAUCHE

DU STRYMON 16 — 20

(Le district de Kilkis. — Les districts de Doï-
ran et Stroumnitsa).

VI. ATROCITÉS COMMISES SUR LA RIVE DROITE

DU STRYMON 21 — 49

Le sac et l'incendie de Serrés 21

(Les rapports du consuls général d'Autriche -
Hongrie à Sàlonique et du vice -consul d'Au-
triche à Serrés. — L'enquête du consul général
d'Italie à Sàlonique. — Le rapport de la délé-
gation de la communauté Israélite de Sàlo-
nique. — Autres témoignages).

La boucherie de Démir- Hissar 30

(Rapports du commandant de la VI e division
grecque et de la Commission de députés. —
Acte d' état civil constatant le nombre, les
noms et l'âge des victimes. — Témoignages de
L. Leune et Georges Bourdon).



58

Pages

Les massacres et la destruction de Doxato. 39

(Témoignages de M. M. René Puaux, Lucien
Magrini, M. le Commodore Hubert Cardale,
et Wladimir Tordoff).
Cavalla et Drama 47

VIL ATTENTATS CONTRE LE CLERGÉ, LE PERSON-
NEL ENSEIGNANT, LES ÉCOLES ET LES MO-
NUMENTS HISTORIQUES 49 — 53

VIII. LES RESPONSABILITÉS 53 — 55

(Documents établissant la participation delà
Bulgarie officielle aux atrocités commises en
Macédoine).

CONCLUSION . 55 — 56

ATHÈNES, IMPRIMERIE " HESTIA „ C. MEISSNER & N. KARGADOURlS — 9572
Previous
Next Post »

Δημοφιλείς αναρτήσεις της εβδομάδας

Popular Posts